rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
  • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
  • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)
  • Attentat de Strasbourg: un proche du tueur présenté à un juge d'instruction (parquet de Paris)

Santé et Médecine Pays-Bas Sida Drogue

Publié le • Modifié le

Sida: aux Pays-Bas, tester ses drogues pour éviter toute mauvaise surprise

media
Cachets d'ecstasy (photo d'illustration). STR / AFP

Aux Pays-Bas, qui accueillent la 22e conférence internationale contre le sida, les utilisateurs de drogues échappent presque complètement au VIH. Alors même que l’épidémie repart en Europe de l’Est et en Asie centrale, notamment dans cette population. Une différence qui peut s’expliquer par les différences dans l’action publique. Les Néerlandais s’efforcent en effet d’accompagner les usagers de drogue.


Avec notre envoyé spécial à AmsterdamSimon Rozé

Niels vient pour faire tester une « pilule rose, Hello Kitty ». Ce cachet, c'est de l'ecstasy, qu’il a apporté avec lui au centre Jellinek d'Amsterdam. « Je fais toujours tester ma drogue avant de la prendre », explique-t-il.

L’homme raconte avoir, déjà « acheté de la kétamine à un dealer » avant de réaliser lors d’un test qu’il y avait « quelque chose d'autre dedans, de beaucoup plus puissant. Heureusement que j'avais fait l'analyse ! »

Tester légalement la qualité de la drogue des usagers avant qu'ils ne la prennent, c'est une approche qui ne va pas de soi, alors que la guerre à la drogue est en vigueur dans la majorité des pays. Pourtant, selon la directrice du centre, c'est une question de santé publique.

Pratique « controversée » et « nécessaire »

Machteld Busz est bien consciente que l’approche néerlandaise est « très controversée. Mais elle est nécessaire, car quand les gens achètent de la drogue dans la rue, ils ne savent pas ce qu'il y a dedans ».

Par ailleurs, à chaque fois que des utilisateurs de drogue se déplacent au centre Jellinek, c’est une occasion de « leur parler, de les informer sur les risques qu'ils prennent ». Et donc de les faire rentrer dans un parcours de soin.

Le personnel du centre Jelinek rappelle qu'avec cette approche, moins de 1 % des usagers de drogue sont contaminés par le VIH aux Pays-Bas. A titre de comparaison, ils sont 40 % en Russie, un pays qui mène ce qu'on appelle la guerre contre la drogue.