rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Le blog de Priorité Santé Santé et Médecine Environnement

Publié le • Modifié le

La polémique autour de l’huile de palme est-elle justifiée ?

media
9 avril 2015 - Kihito - Nord Kivu – RD Congo. Deux jeunes hommes préparent de l’huile de palme artisanale MONUSCO/Abel Kavanagh by Flickr

Chaque semaine, Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l'ONG Santé Diabète à Bamako au Mali, présente sa chronique nutrition dans Priorité Santé. Il revient cette fois sur la polémique autour de l'huile de palme.


L’huile de palme est une huile qui est produite à partir du Palmier à huile principalement cultivé en Afrique et en Asie. La mauvaise réputation actuelle de l’huile de palme est dû à la rencontre de deux phénomènes :

  • Tout d’abord, elle a une mauvaise réputation chez les médecins et les nutritionnistes car elle présente une composition riche en acides gras saturés qui peuvent être nocifs pour la santé quand ils sont consommés en excès.
  • Ensuite, depuis plusieurs années, est venu s’ajouter toute la question écologique autour de la culture extensive des palmiers à huile, notamment en Asie, qui entraine un impact très négatif sur l’environnement.

 

Est ce que cette réputation est justifiée ?

Je dirai que les choses sont plus complexes et qu’il existe des arguments pour modérer ceci. En effet, si l’on analyse l’aspect environnemental et écologique il faut bien distinguer deux choses :

  • Les plantations massives, par exemple en Malaisie, qui effectivement sont responsables de déforestation massives incontrôlées et donc nuisibles pour l’environnement ;
  •  Et les petites plantations raisonnées permettant une agriculture vivrière ou encore les palmiers sauvages d’Afrique qui ont un rôle très important pour stabiliser les berges des cours d’eau.

 

Est-ce que l’argument santé mérite lui aussi d’être modéré ?

Oui tout à fait car on parle toujours d’huile de palme hors derrière cette appellation générique il y a deux produits un peu différents :

  • Il y a l’huile de palme qui est reconnaissable par sa couleur rouge. Elle est obtenue à partir du fruit du palmier à huile et n’est pas raffinée. Elle reste une huile classée parmi les plus riches en acides gras saturés avec un taux à 50% mais contient de nombreux autres composés très intéressant et important pour la santé. En effet, c’est la première source végétale de beta-carotène et de tocotriénol, qui sont des antioxydants puissants de la famille de la vitamine E. La présence de ces composés fait que, malgré sa teneur en acides gras saturés, elle est peu mise en cause dans les problèmes vasculaires. Il faut rappeler aussi son importance dans des zones ou l’alimentation des enfants est peu diversifiée et ou la carence en vitamine A est très présente chez l’enfant. En effet, une cuillérée à café d’huile de palme rouge suffit à combler les besoins quotidiens en vitamine A du jeune enfant.
  • Il y a ensuite l’huile de palme blanche qui est l’huile de palme produite à partir du fruit du palmier mis qui est raffinée par usinage. Ce produit dérivé présente aussi un mauvais profil en acides gras avec 50% d’acides gras saturés mais en plus ne contient aucun des composés annexes intéressants comme dans l’huile de palme rouge.

Conclusion

Il est important de se rappeler que, dans tous les cas, il est préférable de consommer l’huile de palme rouge plutôt que l’huile de palme blanche.

Ensuite, il faut tenir compte du contexte. Si l’on est dans une zone ou l’alimentation est riche et équilibrée sans risque de carence en vitamine A il faut privilégier d’autres types d’huiles qui seront moins riches en acides gras saturés. Par contre, dans une zone présentant une diversité alimentaire plus faible et des risques de carences en vitamine A, promouvoir une consommation modérée d’huile de palme rouge permet d’avoir une très bonne source de vitamine A sans augmenter les risques de Maladies Cardiovasculaires.

Pour poursuivre les échanges sur cette chronique rendez-vous sur :

Le compte Twitter de Stéphane Besançon

La page Facebook de l'ONG Santé Diabète