rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Violences du 1er-Mai: mise en examen d'Alexandre Benalla et des quatre autres suspects (parquet)

Environnement Agriculture et Pêche Changement climatique

Publié le • Modifié le

Les forêts primaires en voie d’extinction

media
Le trafic de bois précieux est un désastre écologique qui contribue à la déforestation de Madagascar. Getty Images/Martin Harvey

Pendant 3 jours, des scientifiques de tous les pays, spécialistes des forêts, se sont réunis à l’université d’Oxford, au Royaume-Uni, pour faire un état des lieux des forêts mondiales et examiner l’ampleur des dégâts, les menaces à venir et les politiques de préservation à mettre en œuvre. Le bilan n’est pas réjouissant.


Malgré les efforts consentis pour lutter contre la déforestation, les images satellites présentées à Oxford montrent que depuis 2000, 10% des forêts vierges de la planète ont été dégradées ou coupées.

Les forêts primaires, celle qui n’ont pas encore été touchées par l’être humain, ont perdu entre 2014 et 2016, 90 000 km² par an, soit la superficie de l’Autriche. A ce rythme, l’Angola, la Guinée équatoriale ou encore le Laos n’auront plus de forêts sauvages d’ici 2030.

Les principales raisons de cette catastrophe sont l’agriculture et l’exploitation forestière dans les pays tropicaux, les incendies, les forages et les mines, comme le projet Montagne d’Or en Guyane française, première mine industrielle de Guyane, au milieu de deux réserves biologiques intégrales.

On constate aussi que la certification FSC – Forest Stewardship Council – pour des forêts durables, est sans effet sur la déforestation : au Cameroun, 90% des forêts certifiées ont disparu en 15 ans.

Le PNUD et plusieurs ONG lancent un appel à limiter la conversion des forêts en terres agricoles et à en améliorer la gestion, car les forêts sont la seule infrastructure sûre, naturelle et abordable financièrement pour stocker le carbone, et donc ralentir le réchauffement climatique.