rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Nouvelle-Zélande: la Première ministre Jacinda Ardern donne naissance à une petite fille
  • Bahreïn: acquittement du chef de l'opposition, accusé d'«intelligence» avec le Qatar (militants)
  • Fête de la musique: journée spéciale sur RFI avec la chanteuse Angélique Kidjo

France

Publié le • Modifié le

Loi bioéthique: le Conseil consultatif a rendu sa première copie

media
Professeur Jean-François Delfraissy est le président du Comité consultatif national d’éthique. etatsgenerauxdelabioethique.fr

Le Comité consultatif national d'éthique a présenté lors d’une conférence de presse son rapport de synthèse des États généraux de la bioéthique. Ce document, qui se veut aussi neutre que possible, a été auparavant remis au gouvernement et aux parlementaires. Il doit les aider dans leur réflexion sur le projet de révision de l’actuelle loi bioéthique.


Le rapport clôt la phase de consultation publique qui s’est déroulée sur internet et tout au long des débats organisés un peu partout en France. Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d'éthique, tire les premières conclusions : « il y a une série de choses qui sortent de ces Etats généraux sur la génomique, sur l'intelligence artificielle sur même des choses plus techniques, comme par exemple autour du don d'organes, et surtout où l'on retrouve un socle de valeurs : la non marchandisation du corps, penser aux populations les plus défavorisées, et après on peut partager un certain nombre de ces grandes valeurs et aboutir à des réponses qui sont différentes. »

C’était notamment le cas de la polémique autour du projet d’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de lesbiennes et aux femmes seules : « Nous avons entendu une série d'inquiétudes qu'il pouvait y avoir. Le devenir de l'enfant intéresse ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. La notion même de famille et de famille élargie est quelque chose qui est porté par ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Et malgré ces valeurs partagées, on a bien une société française qui pour une partie d'entre elle veut avancer et veut ouvrir et une autre au contraire qui ne veut pas bouger. »

D’ici trois mois, le Comité présidé par le professeur Delfraissy doit rendre un deuxième rapport où il prendra position sur la future loi de bioéthique.

Un panel citoyen élabore ses rapports

A côté de ce document « neutre » et « objectif », trois autres rapports ont été aussi présentés. Ils étaient élaborés par un panel indépendant de 22 citoyens représentatifs de la société française, spécialement formé pour les Etats généraux.

L’un des thèmes sur lesquels ces bénévoles ont choisi de travailler concernait la fin de vie. Et pour la plupart, ils se sont déclarés favorable à l’évolution de la loi actuelle. Jean-Christophe Buget a 55 ans, deux enfants, et il travaille dans le domaine de l'alimentation bio.

Il faut remettre le patient au milieu du débat, et pas seulement sa maladie. On demande une évolution
«Choisir sa fin de vie, c'est la dernière liberté» 06/06/2018 - par Anna Piekarec Écouter

Chronologie et chiffres clés