rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Le blog de Priorité Santé Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Sport et compléments alimentaires

media
compléments alimentaires pixnio.com/CCO/Bicanski

Caroline Paré : l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) attire l’attention sur les risques potentiels pour la santé de la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs. Dr Sène pouvez vous nous préciser quels sont ces risques ?


Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe de France de judo

Depuis la mise en place par l’Anses du dispositif national de nutrivigilance en 2009 et jusqu’au 16 février 2016, il y a eu quarante-neuf signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse :

• majoritairement d’ordre cardiovasculaire (tachycardie, arythmie et accident vasculaire cérébral) et

• psychique (troubles anxieux et troubles de l’humeur), ont été observés.

Ces signalements et la consommation répandue dans plusieurs disciplines sportives de ce type de produits, conduisent à attirer l’attention sur les risques potentiels pour la santé.

Afin de réduire ces risques et au vu des résultats de son expertise, l’Anses déconseille fortement la consommation de compléments alimentaires visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse :

• aux personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant d’une cardiopathie ou d’une altération de la fonction rénale ou hépatique ou encore de troubles neuropsychiatriques ;

• aux enfants et adolescents ;

• aux femmes enceintes ou allaitantes.

Caroline Paré : Quelles sont les recommandations à l’attention des sportifs ?

Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe de France de judo

La consommation de compléments alimentaires contenant de la caféine est déconseillée avant et pendant une activité sportive, ainsi que chez les sujets qui y sont sensibles :

les personne traitées pour maladie une cardiovasculaire, les personnes épileptiquesnn les enfants et les adolescents, chez qui cela peut ezngendrer de l'anxiété et des troubles du sommeil.

La consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires ou leur association avec des médicaments est déconseillée car elle entraine un retard de la perception de fatigue et des risque d’interactions médicamenteuses.

Les objectifs de la consommation de compléments alimentaires devraient être discutés avec un professionnel de santé :

- Objectifs réalistes en terme de composition corporelle / état de santé

La consommation de compléments alimentaires doit être signalée à son médecin et son pharmacien : Véritables interactions médicamenteuses !

Les sportifs doivent être attentifs à la composition des produits consommés et privilégier les produits conformes à la norme AFNOR NF V 94-001 (juillet 2012) ainsi que les circuits d’approvisionnement les mieux contrôlés par les pouvoirs publics (conformité à la réglementation française, traçabilité et identification du fabricant).

AMA a fait une étude en 2015 montrant que 40 à 70% des athlètes utilisent des compléments alimentaires et que 10 à 15% des compléments alimentaires contiennent des substances interdites !

Caroline Paré :quelles sont les recommandations à l’attention de l’encadrement des sportifs ?

Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe de France de judo

Le recours aux compléments alimentaires ne doit être envisagé que dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire mobilisant tant les cadres sportifs que les professionnels de santé ;

Une information efficace aux pratiquants, en ciblant plus particulièrement les jeunes sportifs, doit être mise en œuvre.

En outre, considérant la banalisation de la consommation de ces compléments alimentaires, l’Agence recommande aux pouvoirs publics de mener une réflexion sur la pertinence de la distribution de ces produits sur les sites de pratique sportive.

L’Anses rappelle enfin aux professionnels de santé l’importance de la déclaration auprès de son dispositif de nutrivigilance des effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs dont ils auraient connaissance.

 

Consulter le rapport de l'Anses relatifs aux risques liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2014SA0008Ra.pdf