rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 38 morts confirmés et de plusieurs disparus (Salvini)
  • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
  • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
  • Israël rouvre un passage vital vers la bande de Gaza après des semaines de tensions (officiel)
  • Le président russe Vladimir Poutine se déclare prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (KCNA)
  • Ankara annonce l'augmentation des tarifs douaniers de plusieurs produits américains (journal officiel)

dopage Recherche Santé et Médecine Sports Canada

Publié le • Modifié le

Canada: une nouvelle technique antidopage plus rapide et moins chère

media
Le Britannique Christopher Froome se présente à un contrôle anti-dopage après sa victoire au Mont Ventoux, le 14 juillet 2013, pendant le Tour de France cycliste. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Les Jeux olympiques d'hiver se sont ouverts ce vendredi en Corée du Sud alors que les polémiques sur le dopage refont surface. Il y a le dossier russe bien sûr, ce reportage sur le ski de fond qui affirme que 290 athlètes ont présenté des données sanguines « anormales » entre 2001 et 2010. Les autorités sportives expliquent que les procédures de contrôles sont lourdes et qu'il est impossible de surveiller tout le monde. Cela pourrait peut-être changer : une équipe de chercheurs de l'université de Waterloo a en effet mis au point une nouvelle technique plus rapide, et bien moins chère.


Une analyse d'urine et de sang prend aujourd'hui une trentaine de minutes et  coûte plusieurs dizaines de dollars par échantillon. Avec cette nouvelle technique, une minute suffit pour quelques dollars. « On pourrait contrôler tous les jours chaque athlète », affirment les chercheurs de l'université de Waterloo à l'origine de sa mise au point.

Présentée dans la revue Bioanalysis, cette méthode permet de détecter avec une seule goutte de sang une centaine de produits dopants différents même à dose très faible.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont perfectionné des instruments d'analyse qui existent depuis 25 ans, et les ont couplés avec de nouveaux moyens de compilation de données.

L'appareil nécessaire n'étant pas plus gros qu'un ordinateur portable, il est donc possible de réaliser les contrôles in situ, pas besoin d'envoyer les échantillons en laboratoire, tout se passe devant le sportif.

Si un test présente alors le moindre soupçon, une analyse complémentaire, plus pointue avec des moyens traditionnels est ensuite réalisée.

Pour les chercheurs, cette méthode possède un autre avantage : elle n'est pas réservée qu'au domaine du sport, sa légèreté et sa rapidité permettent en effet d'imaginer son utilisation lors de contrôles routiers, ou même dans les services d'urgences en hôpital qui ont besoin d'analyses toxicologiques fiables et rapides.  

(Re) lire : Dopage dans le sport