rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

[Témoignage] Le cancer n'est pas toujours synonyme d'échec professionnel

media
Survivre à un cancer est déjà une épreuve en soi. Alors quand l'entreprise soutient le malade, c'est un vrai plus dans le processus de guérison. (Illustration) common streams

En France, au moment du diagnostic, 8 personnes sur 10 travaillent. Deux ans plus tard, elles ne sont plus que 6 sur 10. Le cancer est une maladie encore taboue, en particulier dans le monde de l’entreprise, où être bien-portant rime avec performance. Ainsi à l’épreuve de cette maladie s’ajoutent parfois des difficultés à retrouver sa place dans le monde du travail une fois la maladie vaincue. Mais il y a aussi, heureusement, des situations où l’irruption du cancer n’est pas synonyme de cassure dans la carrière, comme pour cette femme de 46 ans, qu’a rencontrée RFI.


En 2011, Anne-Sophie Tuszynski travaille comme consultante dans un cabinet de chasseur de têtes. Mais soudainement, cette cadre dynamique apprend qu’elle doit livrer un autre combat, très personnel : elle a un cancer du sein. D’emblée, elle choisit de le dire à ses collègues, mais aussi à son employeur. « Il m'a dit "ne vous inquiétez pas, vous avez carte blanche, on vous assurera tout le back-up administratif dont vous avez besoin pour que vous puissiez vous préoccuper de vous, de vos enfants, de vous soigner, et on mettra en place ce qui vous tient à coeur concernant le travail". Donc on a recruté ensemble une personne qui m'a remplacée pendant la durée de mes traitements. »

Peu de temps après, les cures de chimiothérapie commencent. Anne-Sophie Tuszynski est en arrêt maladie pendant huit mois, mais elle ne coupe pas les liens avec son entreprise. « J'avais demandé de continuer à avoir accès à mes mails, je venais déjeuner avec mes collègues, mes clients m'appelaient régulièrement, en me disant "Anne-Sophie, on aune nouvelle mission, qu'en pensez-vous?". J'avais le sentiment que je continuais à compter dans la vie de l'entreprise. »

Le retour au travail d’Anne-Sophie, une fois en rémission, se passe très bien. Mais l’expérience personnelle de la maladie aiguise son envie de livrer un combat… pour les autres, cette fois. Elle finit par quitter son emploi, et fonde une association, Cancer at work, pour que les entreprises intègrent ce sujet du cancer au travail. Parce que maladie et vie professionnelle ne se conjuguent pas toujours aussi bien.