rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football / Italie: Naples bat la Juventus 1-0 et revient à un point du leader de Serie A à quatre journées de la fin

Changement climatique Migrations Internationales Climat Union européenne

Publié le • Modifié le

Le réchauffement climatique accentue la pression migratoire vers l’Europe

media
Des demandeurs d'asile font la queue devant le ministère des Affaires étrangères à Bruxelles, le 3 septembre 2015 (image d'illustration). REUTERS/Yves Herman

Selon une étude américaine, publiée jeudi 21 décembre dans la revue Science, le nombre de demandeurs d'asile en Europe va quasiment tripler d’ici 2100 si les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent à progresser à leur rythme actuel, et que les températures planétaires augmentent en conséquence.


La température idéale pour les récoltes est de 20°C. Ainsi, plus il fait chaud, plus il y a de sécheresse et plus les récoltes sont mauvaises. En conséquence, les populations sont obligées de partir pour pouvoir se nourrir.

Ce lien n'est pas nouveau, mais l'étude publiée dans la revue Science est d’une ampleur inédite. Les auteurs, deux scientifiques de l'université Columbia à New York, ont examiné les demandes d'asile de ressortissants de 103 pays déposés dans l'Union européenne entre 2000 et 2014. Ils les ont ensuite comparées aux variations de température dans ces pays.

Deux scénarios possibles

A partir de là, ils ont élaboré deux scénarios. Si l'humanité continue sur sa trajectoire d’émission de gaz à effet de serre actuelle, la température planétaire pourrait augmenter de 4,5°C à 5°C d’ici 2100. Les demandes annuelles d'asile pourraient alors bondir de 188 % à cette date, soit 660 000 dossiers de plus que sur la période 2000-2014.

En revanche, si le réchauffement est limité à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, tel que prévu dans l'Accord de Paris, les demandes d'asile ne devraient progresser que de 28 %.

Cette nouvelle étude illustre encore une fois l'urgence climatique. Il faut à la fois de baisser les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi soutenir les pays affectés par le changement climatique dans leurs efforts d'adaptation.