rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Le blog de Priorité Santé Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

La tendinite du coude ou tennis elbow

media
tendinite du coude ©vimeo

Dr Jean-Marc Sène, vous allez nous parler d’une affection du coude fréquente : la tendinite aussi appelée Tennis Elbow !

Mais pouvez-vous nous dire ce qu’est un Tennis Elbow ? Et comment le reconnaître ?


Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport, médecin de l'équipe de France de judo

En effet, le Tennis Elbow est une douleur du coude fréquente qui concerne chaque année 1 à 3 % des adultes, et représente 80 % des pathologies du coude. La douleur se situe au niveau de l'épicondyle (petit relief osseux à de la face externe du coude), elle est due à une lésion des tendons qui s’y insèrent : tendons des muscles épicondyliens qui contrôlent les mouvements de la main et du poignet.

Le Tennis-Elbow a été au départ décrit chez les joueurs de tennis, d’où son nom, mais en terme de fréquence les premières personnes touchées sont les professionnels effectuant des tâches répétitives et les adeptes du bricolage. On parle aujourd’hui plutôt d’épicondylite.

La douleur évolue de façon aigue ou chronique et peut diffuser jusqu’à la face externe de l'avant bras. Elle peut avoir différentes origines (micro-déchirures des tendons, petites lésions au niveau de leur insertion sur l’os, etc.) Et survient toujours après une sollicitation importante ou répétée du bras.

Au début, on a mal lorsque l’on joue ; puis petit à petit la douleur augmente, et devient gênante même dans la vie courante : serrer une main, déboucher une bouteille, ouvrir une porte, devient intolérable.

 

Quelles sont les activités pouvant causer le Tennis-Elbow ?

 

- Dr Jean-Marc Sène :

Et bien le fait de tenir vigoureusement une raquette, poing serré, avec des rotations fréquentes de l’avant-bras (vers l’intérieur ou l’extérieur), des flexions répétées du poignet et des gestes saccadés peut provoquer le tennis Elbow. C’est donc avant tout la tendinite du mauvais geste technique.

Chez le bon joueur, certaines circonstances peuvent néanmoins favoriser l’apparition de la pathologie : tel le changement de cordage, de raquette ou de surface ainsi que toute autre cause extra-sportive venant s’additionner aux contraintes du tennis : les travaux ménagers, une maladie récente ou la prise de certains médicaments.

De manière générale les travaux répétitifs mobilisant le bras favorisent la lésion de ces tendons, surtout en cas : d’absence de temps de repos ou de récupération, de travail au froid ou d’exposition à des vibrations (typiquement le serrage et la frappe énergique du marteau).

 

Comment soigne-t-on un Tennis Elbow ?

 

- Dr Jean-Marc Sène :

Pour réduire les symptômes, vous pouvez : appliquer une poche réfrigérante sur la zone douloureuse, afin de diminuer l’inflammation. Puis masser avec une pommade décontracturante les muscles en partant du poignet et en remontant jusqu’au coude. Et surtout repérer les mouvements à l’origine des douleurs, afin d’arrêter autant que possible les activités en cause; En effet, le principal traitement du Tennis Elbow s'appuie sur la mise au repos des muscles et tendons atteints.

Lorsque cela ne suffit pas, des soins médicaux et de kinésithérapie doivent être prescrits. Ils consisteront d’abord en un traitement par des antalgiques  tels que le paracétamol ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ex. : ibuprofène, kétoprofène, aspirine). Parfois, une infiltration de corticoïdes
 peut être réalisée dans les zones douloureuses, elle soulage efficacement la douleur à court terme. Cependant, les infiltrations ne sont pas anodines et peuvent fragiliser le tendon. Si celui-ci est partiellement déchiré, les infiltrations sont donc contre-indiquées. On pourra préférer l’utilisation de Mésothérapie qui correspond au dépôt dans la peau de médicaments visant à diffuser en profondeur pour traiter le tendon.

Un programme d’exercices musculaires, associées à des étirements et massages profonds
 devra être mis en place avec un kinésithérapeute, une fois passées les douleurs aiguës ressenties au départ.

Enfin, le recours à la chirurgie n'est envisagé (moins de 10 % des patients) qu'après échec démontré du traitement médical : lorsque le Tennis Elbow persiste plus d’un an, malgré les soins. L’intervention peut se dérouler par arthroscopie et associer divers gestes s’appliquant sur le tendon ou les muscles. Les complications sont rares mais pour bien récupérer, la rééducation est là aussi indispensable.

 

J’imagine qu’adapter son activité sportive ou professionnelle est essentiel pour éviter la récidive ?

- Dr Jean-Marc Sène :

Absolument ! Lorsque le Tennis Elbow est dû à sa pratique professionnelle, votre médecin traitant peut être amené à vous prescrire un arrêt de travail : sa durée est adaptée selon un certain nombre de critères : le côté atteint (côté dominant ou non) ; le type d'emploi, les possibilités d'adapter votre poste …. L’arrêt sera d’autant plus long qu’il y a de forte sollicitation du membre supérieur et un port répété de charges au cours du travail. Quelques semaines de repos associées à un traitement seront souvent suffisantes. Votre médecin du travail pourra quant à lui évaluer votre aptitude au poste que vous occupez et en proposer une adaptation, en accord avec votre employeur.

La reprise des activités sportives doit se faire progressivement en fonction de la récupération du coude : au début du traitement médical il est préférable de pratiquer des activités qui ne sollicitent pas trop le serrage de la main (marche, course, natation..), La musculation sur appareil est souvent possible, tant que vous ne serrez ni poignée, ni haltère. Vous améliorerez ainsi votre préparation physique ! Souvent le tennis de table est possible, profitez-en pour conserver quelques réflexes !

En général à partir du troisième mois, on pourra pratiquer le tennis avec son partenaire habituel en essayant d’éviter dans les premiers échanges de refaire des revers à une main.

La compétition en général ne pourra s’envisager qu’à partir du sixième mois. N'hésitez pas à mettre avec un brassard sous le coude, il détend l'insertion et réduit les contraintes.

Revoyez votre technique et votre placement, la tension de votre cordage, le poids et l'équilibre de votre raquette. Il est vivement conseillé de renoncer aux modifications qui ont précédé votre blessure. Si elles sont essentielles à votre progression, réintroduisez-les très progressivement !

Si vous suivez ces quelques conseils, vous serez armés pour reprendre votre sport préféré !