rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

France Santé et Médecine Recherche

Publié le • Modifié le

Les perturbateurs endocriniens affectent le comportement des petits garçons

media
Une étude menée en France montre que l'exposition des femmes enceintes au bisphénol A, au triclosan et à certains phtalates, est associée à des troubles du comportement chez leurs petits garçons. David Roseborough/ Wikimedia Commons

Le comportement des petits garçons est affecté par les perturbateurs endocriniens, c'est ce qui ressort d'une étude épidémiologique menée en France par une équipe de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale de Grenoble. Ces travaux montrent que l'exposition des femmes enceintes aux perturbateurs endocriniens entraîne des effets qui diffèrent selon les substances chimiques auxquelles la mère a été exposée pendant la grossesse.


L’étude montre qu'il y a un lien entre l'exposition de la femme enceinte aux perturbateurs endocriniens et l'apparition des troubles du comportement chez leurs petits garçons.

Le bisphénol A est l'une des substances chimiques détectées dans les urines de la cohorte de femmes suivie entre 2003 et 2006. Les analyses ont montré que les enfants exposés in-utero à ce produit ont plus de difficultés relationnelles telles que le repli sur soi.

Autre mise en évidence : la présence dans les échantillons d'urine du triclosan, un antibactérien que l'on retrouve dans certains dentifrices et savons. Cette substance augmenterait le sentiment d'anxiété et de crainte devant toute situation inhabituelle.

Enfin, l'étude montre la présence d'un phtalate appelé DBP. Ce produit chimique utilisé notamment dans la fabrication des colles ou des vernis à ongles est associé, lui, à des troubles émotionnels particulièrement à l'âge de 3 ans.

L'étude sera bien évidemment élargie aux petites filles, chez qui l'effet des perturbateurs endocriniens est susceptible d'être différent.

(Re) lire : Associés, les perturbateurs endocriniens sont bien plus dangereux selon l'Inserm

Chronologie et chiffres clés