rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Océans Recherche

Publié le • Modifié le

Expédition Tara: les coraux souffrent à cause de l'activité humaine

media
La goélette de l'expédition Tara entre Malpelo et Buenaventura (Colombie) en janvier 2017. © Romain Trouble / Fondation Tara Expeditions

C'est l'équivalent d'une forêt vierge mais sous l'eau. Les récifs coralliens abritent plus de 30% des espèces marines, mais ils ne couvrent que 0.2% des océans. Pour les étudier, l'expédition internationale Tara Pacific, sponsorisée par RFI, sillonne depuis plus d'un an, sur sa goélette, les mers chaudes. A mi-parcours de cette mission, l'équipe scientifique a réalisé des milliers de prélèvements pour mieux comprendre le blanchiment et la mort de ces animaux marins. Mais les questions restent encore nombreuses.


Presque tous les coraux blanchissent, autrement dit, souffrent à cause de l'activité humaine. C’est le constat des scientifiques de l’expédition Tara Pacific après 50 000 km parcourus.

« L'activité humaine va-t-elle manger la barrière de corail ? Pour vous donner une idée, pendant 80 km on mettait la tête sous l’eau tous les 100-200 m pour trouver des endroits où il y avait des coraux en bon état. Et on n’en a pas trouvé. On voit bien qu’il y a des récifs coralliens qui sont très impactés localement par l’activité humaine sur la côte, alors qu’un peu plus loin, ça va mieux », assure Romain Troublé est le directeur de Tara Pacific.

Pour l'instant, les études doivent encore se poursuivre pour mieux comprendre comment le réchauffement climatique et les activités humaines influencent le lien vital entre les algues microscopiques et les coraux. Un phénomène appelé symbiose.

« C’est un phénomène prépondérant pour le corail, puisque le corail ne peut pas vivre sans son algue. L’algue va apporter la nourriture du corail », explique Denis Allemand, le directeur du centre scientifique de Monaco, partenaire de Tara.

« Il y a rupture de cette symbiose à cause du réchauffement, mais aussi à cause de beaucoup d’autres stress d’ailleurs. Le corail meurt si le stress dure très longtemps », ajoute-t-il.

Pour percer les mystères des coraux déjà 15 000 prélèvements ont été réalisés. L'expédition se poursuit désormais en Asie du Sud-Est.

(Re) lire : Tara prend le large pour étudier les coraux pendant deux ans