rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Environnement Climat Changement climatique ONU Flore Burkina Faso

Publié le • Modifié le

Le Burkina Faso accueille la Journée mondiale de lutte contre la désertification

media
Erosion causée par la déforestation au Burkina Faso. Getty Images

« Notre terre, notre maison, notre avenir », c'est le titre la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse 2017 qui se tient comme chaque année le 17 juin. Cette journée a été instituée en 1994 par l'Assemblée générale des Nations unies pour sensibiliser l'opinion publique et lutter contre ce fléau au sein des pays touchés, dont, en première ligne, l'Afrique.


Le thème majeur de cette année: le lien entre la dégradation des terres et la migration. Les manifestations officielles se déroulent cette année à Ouagadougou au Burkina Faso qui souffre comme la plupart de ses voisins de la désertification. Des sols craquelés, sans un brin d’herbe…: un tiers des terres est dégradé chaque année au Burkina Faso, ces sols deviennent donc désertiques.

Au niveau mondial, la désertification concerne presque la moitié de la superficie de la planète et près de deux milliards de personnes. En cause: le changement climatique, mais aussi les activités humaines. Un peu partout, la population grandit, mais ne change pas de pratiques. Les sols sont surexploités, les savanes déboisées ou brûlées et, en fin de compte, ces terres deviennent inexploitables. Avec les conséquences désastreuses que l'on connaît : pauvreté, famine et en dernier l'exode.

La «neutralité sur la dégradation des terres»

Le Burkina Faso s'est posé comme objectif de parvenir à la « neutralité sur la dégradation des terres », donc de minimiser la dégradation et de restaurer les terres déjà dégradées. Mais comment réhabiliter ces sols ? C’est justement l’un des sujets abordés à Ouagadougou.

Jean-Luc Chotte, spécialiste de la question, représente l’IRD, l’Institut de Recherche pour le développement. Pour ce chercheur, le Burkina Faso fait figure d'exemple en matière de restauration des terres dégradées : « Planter des arbres, végétaliser les sols, faire de l’agroforesterie, ce sont les premières actions qui ont été mises en place au Burkina Faso, notamment par les instituts techniques nationaux et régionaux, pour lutter contre la dégradation des terres et contre l’érosion éolienne, c’est-à-dire des vents de sable. Lorsque l'harmattan souffle sur des sols peu structurés, le vent peut emporter des particules dans l’air, ce qui appauvrit les sols. Il y a aussi l’érosion hydrique : il pleut, l’eau s’écoule et entraîne avec elle de la terre. »

En associant des arbres adaptés au climat sahélien du Burkina Faso avec des cultures annuelles, on empêche donc l’érosion et on améliore la qualité des sols.

Un autre exemple de bonne pratique : « Une meilleure association de l’élevage et de l’agriculture : en recyclant les bouses de vache, on améliore la fertilité des sols. Et enfin, la recherche s’efforce aussi de trouver des manières de valoriser les associations entre les micro-organismes du sol et certaines plantes et arbres pour accroître la productivité. C’est ce qu’on appelle la biotechnologie végétale, mais ce ne sont absolument pas des OGM ! Il s’agit de valoriser le potentiel biologique naturel du sol et des arbres. »

En réhabilitant les terres dégradées, le Burkina Faso entend créer des emplois et ainsi empêcher la migration, voire encourager les migrants à retourner dans le pays.

■Pour en savoir plus :

→ Le site des Nations unies

Le site de l'IRD

Chronologie et chiffres clés