rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
  • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
  • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
  • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
  • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017

Le blog de Priorité Santé Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Sport et maladie de Parkinson

media
©123

Claire Hedon : aujourd'hui, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont désormais encouragées à faire autant de sport que possible. Pourquoi est ce si important de faire de l’activité physique lorsque l’on souffre de maladie de Parkinson ?


Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe de France de judo

Avec la maladie de Parkinson, les activités physiques quotidiennes sont réduites d’environ 30 %. Cette réduction débute plusieurs années avant le diagnostic et elle est plus importante avec l’avancement en âge et en cas de maladie sévère.

La sédentarité et l’inactivité physique   dans la maladie de Parkinson comme dans la population générale   sont associées à un risque cardio-vasculaire accru et à une plus grande mortalité. Elles exposent à un risque de diabète, de constipation, d’ostéoporose mais aussi de dépression, d’insomnie et de troubles cognitifs.
 

Claire Hedon : quels sont les effets bénéfiques de l’entraînement physique dans la maladie de parkinson ?

 

Dr Jean-Marc Sène :

L’activité physique augmente la production d’énergie par nos cellules, elle stimule les défenses anti-oxydantes de notre organisme, réduit les phénomènes inflammatoires conduisant à la mort des cellules et augmente la production de synapses (connexions) entre les neurones.

Les exercices d’endurance et à haute intensité favorisent la production de facteurs de croissance des neurones.

Ainsi, l’activité physique pourrait avoir un effet neuroprotecteur qui reste cependant à démontrer.

Au cours de la maladie, elle permet de diminuer le risque de chute, d’améliorer les performances motrices, cognitives et la qualité de vie.

Enfin, le risque de décès en lien avec la maladie pourrait être limité

Une activité physique régulière depuis l'enfance réduisait considérablement le risque de développer la maladie de Parkinson.
L'exercice physique régulier et quotidien est donc désormais incontournable pour accompagner la maladie de Parkinson.

Claire Hedon :quels types d’activités physiques faut il faire lorsque l’on souffre de parkinson ?

 

Dr Jean-Marc Sène :

Les activités d’endurance permettent aux grands muscles de bouger de façon rythmée pendant une période de temps soutenue et ont un effet positif sur la lenteur et la rigidité, ainsi que sur l’humeur et la qualité de vie
Exemples : marche rapide, natation, cyclisme, danse, aquagym, patinage, randonnée pédestre, tapis roulant ou vélo elliptique.

Les exercices de souplesse et d’étirement améliorent la mobilité, augmentent l’amplitude des mouvements et réduisent la rigidité. Une plus grande amplitude des mouvements influe sur la posture et la capacité à marcher, ce qui facilite les activités quotidiennes
Exemples : taï-chi, étirements

Les activités de renforcement améliorent la force musculaire, la vitesse de marche, la posture et la forme physique en général. Une plus grande force facilitera les activités quotidiennes, comme se lever d’un fauteuil
Exemples : entretien du terrain ou jardinage, haltères/résistance (poids et haltères, bandes élastiques, poids corporel)

Les activités d’équilibre améliorent la posture et l’équilibre. Un meilleur équilibre aide à réduire les chutes, la peur de chuter et à effectuer les tâches quotidiennes, aident de ce fait à maintenir l’autonomie le plus longtemps possible
Exemples : yoga, randonnée pédestre.

Claire Hedon : en pratique quels conseils donner à une personne désireuse de reprendre une activité physique et souffrant de Parkinson

 

Dr Jean-Marc Sène :

Consulter votre médecin avant de commencer, surtout si vous avez des problèmes de santé ou plus de 60 ans

Varier les activités pour réduire l’ennui et amusez vous, choisissez des activités que vous aimez !

Prenez vos médicaments contre la maladie de Parkinson à temps pour maximiser la mobilité.

Prenez de 3 à 5 minutes pour vous échauffer au début et pour récupérer à la fin.

Faites vos exercices de façon sécuritaire (p. ex. utilisez au besoin un support stable pour vos exercices d’équilibre).

Concentrez vous sur la bonne façon de faire vos exercices.

Commencez par des périodes d’exercices courtes et augmentez les progressivement. Plus grande est l’intensité, plus grands seront les bienfaits.

Surveillez le niveau de fatigue durant et après les activités. À la fin d’une activité, vous devriez vous sentir fatigué, mais pas épuisé.

Buvez de l’eau pour vous hydrater.

Joignez vous à un groupe ou trouvez un partenaire d’exercice.