rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Deux navires de guerre et un sous-marin russes ont tiré des missiles sur des cibles jihadistes en Syrie (ministère russe de la Défense)
  • Corée du Nord: Pyongyang dément avoir torturé l'étudiant américain décédé Otto Warmbier (agence KCNA)
  • France: le gouvernement va interdire tout nouveau permis d'exploration d'hydrocarbures (Nicolas Hulot sur RMC/BFMTV)
  • «La France va rester ferme» sur le texte de définition des perturbateurs endocriniens discuté à Bruxelles (Nicolas Hulot sur RMC/BFMTV)
  • Pakistan: explosion devant un QG de la police à Quetta, au moins onze morts et de nombreux blessés (responsables locaux)

Le blog de Priorité Santé Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

La vitamine D, besoins et carences

media
©nutritionnisteubain.ca

Claire Hédon : Cette semaine vous allez nous parler de nos besoins en vitamine D mais aussi des risques en cas de carences ? Pour démarrer, pouvez-vous nous rappeler ce qu’est la vitamine D ?


Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l'ONG Santé Diabète au Mali

 

Pour commencer, il faut rappeler que les vitamines sont des micronutriments qui sont indispensables au bon fonctionnement de notre corps et qui dans la majorité des cas ne sont pas synthétisées par l’organisme. La vitamine D fait exception à cette règle puisqu’elle est synthétisée partiellement dans la peau sous l’effet des ultraviolets. L’apport en vitamines par l’alimentation est donc indispensable. Si jamais on n’apporte pas assez de vitamines à l’organisme de manière chronique il va développer des carences qui se traduiront par le développement de symptômes plus ou moins graves suivant le niveau de la carence.

 

Claire Hédon : A quoi sert la vitamine D dans notre organisme et où peut-on la trouver ?

La vitamine D a 3 grands rôles dans notre organisme. En premier lieu, elle permet l’absorption et l’utilisation du calcium et du phosphore qui vont permettre le développement et le maintien de notre structure osseuse. Ensuite, elle permet la différenciation et la prolifération des cellules et enfin, elle participe au bon fonctionnement  immunitaire.

Pour les sources de vitamine D, il faut rappeler que la première source de vitamine D est une synthèse interne à l’organisme sous l’effet du soleil. En effet, La vitamine D est synthétisée dans notre peau sous l’effet des UV du soleil à partir d’un dérivé du cholestérol. La deuxième source de vitamine D est bien sûr l’alimentation. On la retrouve en grande quantité dans des poissons comme le saumon, le tilapia (appelé carpe de dans nombreux pays d’Afrique), le hareng mais aussi en quantité intéressante dans le lait ou l’œuf. Il est aussi important de savoir que les fruits et les légumes ne contiennent quasiment pas de vitamines D.

Claire Hédon : Quels sont les risques de la carence en vitamine D ?

La carence en vitamine D est donc dûe à la fois à un manque d’exposition au soleil mais aussi à un apport insuffisant dans l’alimentation.

Chez l’enfant, la carence chronique en vitamine D va se traduire par une maladie très grave appelée le rachitisme qui entraine une faiblesse et une croissance irrégulière des os provoquant de nombreuses déformations. Chez l’adulte, la carence chronique en vitamine D entraine une Ostéomalacie. Cette maladie se traduit par une déminéralisation progressive des os et de la matrice de collagène qui augmente très fortement le risque de fractures.

Il faut enfin savoir que tout le monde n’est pas égal face à la carence en vitamine D. En effet, il est aujourd’hui démontré que certains groupes de la population sont plus vulnérables à cette carence comme les individus avec une pigmentation plus foncée de la peau, les femmes enceintes ou encore les bébés nourris exclusivement au sein car le lait maternel renferme peu de vitamine D.

Il semble aussi qu’un faible niveau de vitamine D circulante soit possiblement un facteur de risque de certaines maladies chroniques comme le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

Claire Hédon : en conclusion quelles sont les recommandations que vous pouvez donner à nos auditeurs ?

Tout d’abord chez les femmes enceintes, les besoins augmentent et si une grande partie de la grossesse se déroule à une période de faible ensoleillement ils seront comblés plus difficilement. Dans ce cas, il pourra être recommandé une supplémentation par des suppléments alimentaires ;

Chez le bébé allaité, comme le lait maternel contient peu de vitamine D, il faut bien surveiller la croissance de l’enfant afin d’éviter tous risques de rachitisme ;

Chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte une alimentation diversifiée avec du poisson, des produits laitiers, de la viande ou des substituts à base de soja va permettre d’apporter les besoins quantités recommandées ;

Enfin, chez les personnes âgées les besoins augmentent car la synthèse de la vitamine D baissent avec l’augmentation de l’âge. Dans ce cas, il faut donc enrichir l’alimentation et si ça ne suffit pas il faudra avoir recours à des compléments alimentaires.

Pour poursuivre les échanges sur cette chronique rendez-vous sur :

https://twitter.com/StephBesancon