rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Océans Etats-Unis ONU Climat

Publié le • Modifié le

Washington rejoint «l’appel à l’action» de l’ONU pour nettoyer les océans

media
Le président de l'Assemblée générale des Nations unies, Peter Thomson, ouvrant la conférence mondiale sur les océans, le 5 juin 2017. REUTERS/Carlo Allegri

Les Etats-Unis ont rejoint vendredi le reste des pays membres de l'ONU pour partager un «—appel à l'action—» visant à nettoyer les océans. La décision américaine vient clôturer la première conférence mondiale sur les océans des Nations unies, qui s'était ouverte lundi avec l'ombre de la décision de Donald Trump la semaine précédente de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.


« Les Etats-Unis restent engagés à travailler avec toutes les parties prenantes, au sein ou en dehors du système onusien, pour protéger nos océans et promouvoir le développement grâce à une utilisation durable » de ces ressources, a déclaré David Balton, l'émissaire du président américain.

L' « appel à agir » souligne toutefois « l'importance particulière de l'accord de Paris » et s'inquiète de l'impact du changement climatique sur les océans. En signant l'appel, les gouvernements s'engagent à réduire leur utilisation des plastiques et prendre des mesures pour réduire l'acidification ainsi que pour tenter de limiter l'impact du changement climatique sur les océans.

Et il y a du travail. Nos océans sont malades de la mondialisation. C’est le constat de l’ONU qui a publié des chiffres alarmants. Si rien n’est fait d’ici là, il y a aura en 2050 plus de sacs plastiques que de poissons dans nos eaux, rappelle notre correspondante à New York, Marie Bourreau.

Prise de conscience

Catherine Chabaud, l’ancienne navigatrice du Vendée Globe, devenue déléguée à la Mer et au Littoral témoigne : « Dans les années 90, il n’y avait pas une traversée de l’Atlantique que j’accomplissais sans voir des déchets de manière quasiment quotidienne. Personne ne s’intéressait à ces sujets. »

Ce n’est plus le cas aujourd’hui, les Etats ont pris conscience que la pollution plastique au microparticules, le changement climatique ou la surpêche mettent à mal le plus grand écosystème planétaire d’où l’importance de cette conférence : « C’est l’occasion ou jamais de rappeler le formidable rôle que les océans jouent dans l’équilibre du climat. On a besoin de permettre aux océans de continuer à jouer ce rôle. »

Car les océans produisent la moitié de l’air que nous respirons et absorbent un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Les Etats membres ont pris un engagement non contraignant pour les préserver et les nettoyer.

Et si les Etats-Unis ont rappelé leur volonté de se retirer des Accords de Paris, Catherine Chaubaud assure que l’ensemble des Etats se rallient derrière son nouveau credo : « Make our océan clean again », un clin d’œil au tweet du président Macron « Make our planet great again ».

Chronologie et chiffres clés