rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

archéologie Maroc

Publié le • Modifié le

L'Homo sapiens aurait 100000 ans de plus qu'estimé jusqu'à maintenant

media
Des crânes d'Homo sapiens (image d'illustration). MANDEL NGAN / AFP

Une découverte d'os et d'outils humains au Maroc confirme l'étendue de la géographie de l'homme moderne. Jusqu'ici, les experts de la préhistoire parlaient des Homo sapiens comme originaires d'Afrique du Sud et de l'Est. Une équipe française apporte des éléments nouveaux. Leurs travaux sont publiés ce mercredi 7 juin dans la revue «—Nature—».


Pour ceux qui ont du mal avec l'échelle du temps, il faut imaginer ces bouts de crâne et d'outils tranchants dans une Afrique où le Sahara n'existait pas : l'Afrique d'il y a 300 000 ans. Le continent à l'époque était parsemé de prairies et de savanes gigantesques. Un paysage unifié pour des populations qu'on croyait jusqu'ici concentrées au sud et à l'est de l'Afrique.

En fouillant au Maroc, le français Jean-Jacques Hublin prouve ce dont il était persuadé : l'homme moderne, l'Homo sapiens qui sait se servir d'outils, se déplacer et contenir le feu, est apparu au nord comme au sud en même temps.

« Au-delà de 300 000 ans »

« Nous savons depuis longtemps que l’Afrique est notre terre d’origine. Avec les découverts de Jebel Irhoud, on se rend compte que l’histoire de notre espèce en Afrique est beaucoup plus longue et ancienne que ce qu’on croyait. On va au-delà de 300 000 ans », explique le paléoanthropologue.

« Ensuite, ce n’est pas l’Afrique de l’Est qui est l'endroit où on a les traces les plus anciennes de notre espèce, c’est l’Afrique du Nord, le Maghreb. En même temps, ça ne veut pas dire que le Maghreb est le berceau de l’humanité. Ça veut simplement dire qu’en fait, ça se passe un peu partout. Ça se passe en Afrique de l’Est, ça se passe au Maghreb, ça se passe en Afrique du Sud. »

Le chercheur estime que cette découverte « change considérablement notre compréhension du lieu et de la date d’origine de notre espèce. » Le site de Jebel Irhoud n'avait pas été choisi au hasard. Dans les années 1960, des os primitifs d'hommes de Néandertal y avaient déjà été retrouvés.

Jusqu’ici les ossements les plus anciens avaient été découverts en Ethiopie et en Afrique du Sud. Cela signifie que l’Homo sapiens a beaucoup voyagé. De nouvelles perspectives s’ouvrent pour les chercheurs qui regardent désormais vers l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest. Ils espèrent y trouver des traces encore plus anciennes de nos ancêtres, pouvant remonter jusqu’à 500 000 ans.

On a un cadre qui se précise, mais le cadre nécessite de grands remplissages.
Pascal Picq Paléoanthropologue, maître de conférences au Collège de France 07/06/2017 - par Carol Valade Écouter

Chronologie et chiffres clés