rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»

Espace Allemagne

Publié le • Modifié le

Conférence sur le danger des débris spatiaux pour les satellites en Allemagne

media
Lancement du satellite Chandrayaan-1 en 2008 depuis le centre spatial de Satish Dhawan en Inde. DIBYANGSHU SARKAR / AFP

Les débris spatiaux sont devenus la première cause de mortalité des satellites. C'est face à ce constat inquiétant que se tiendra du 18 au 21 avril la 7e conférence européenne sur les débris spatiaux à Darmstadt, en Allemagne. L'occasion de rassembler pendant 4 jours au centre des opérations spatiales de l'agence spatiale européenne l'ESA des ingénieurs, industriels, opérateurs spatiaux et décideurs politiques.


Aujourd'hui on chiffre à plus de 750 000 le nombre d'objets de plus d'un centimètre qui tournent en orbite autour de la Terre. Or le télescopage de ces menus objets peut avoir des conséquences importantes pour les satellites, car à 40 000 km/h, l'énergie libérée par une collision équivaut à l'explosion d'une grenade. Des explosions qui peuvent endommager définitivement ces engins.

Mais l'augmentation du nombre de satellites en orbite inquiète les spécialistes qui estiment que ces accidents pourraient devenir la principale cause de prolifération des débris spatiaux. Actuellement, c'est comme si l'équivalent de la Tour Eiffel, soit 7 000 tonnes d'acier, tournait autour de nos têtes.

Les mesures pour tenter de remédier à ce problème représentent donc un défi majeur. L'agence spatiale japonaise, la JAXA, a notamment lancé fin 2016 une fusée de ravitaillement vers la station spatiale internationale. Une fusée à laquelle était accroché un outil de nettoyage des déchets spatiaux. L'appareil métallique long de 700 mètres inspiré du filet de pêche a pour objectif d'attraper les déchets et de les faire entrer progressivement dans notre atmosphère, afin qu’ils s’autodétruisent. En quelque sorte, un éboueur spatial qui pourrait se développer dans un futur proche.

Chronologie et chiffres clés