rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Eau Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

2 milliards de personnes consomment de l’eau contaminée par des matières fécales

media
Selon l'OMS, un milliard d'Africains consommeraient de l'eau contaminée. C.Morin-Gibourg

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 2 milliards de personnes consomment encore de l'eau contaminée par des matières fécales. Selon l'OMS, cette contamination est responsable de 500 000 décès par diarrhée chaque année.


L'OMS lance un cri d'alarme. Près d’une personne sur trois dans le monde consomme de l’eau contaminée par des matières fécales. La moitié d'entre elles se trouve en Afrique. Au Ghana, par exemple, l'OMS relève que 38 % de l'eau serait contaminée. En cause : des systèmes d'assainissement défaillants.

Et dans ce domaine, les pays africains ne fournissent pas tous les mêmes efforts, note Fiona Gore, du département Eau, Assainissement et Hygiène à l'OMS. « Certains pays ont fait des avancées beaucoup plus importantes au niveau des couvertures d’assainissement et d’eau potable dans les 15 dernières années. » Parmi les bons élèves figurent par exemple l’Angola, le Botswana et l’Algérie.

« Ensuite d’autres pays ont fait des progrès moyens, comme la Mauritanie, l’Afrique du Sud, avec une meilleure utilisation du financement disponible et avec une mobilisation de nouveaux fonds, note-t-elle. Je pense que beaucoup d’avancées  peuvent être faites sur les dix, quinze prochaines années, afin de permettre d’apporter de l’eau saine, fiable, et prévenir des maladies », avance Fiona Gore.

Car cette contamination n'est pas sans danger. La population concernée risque en effet de contracter le choléra, la dysenterie, la typhoïde ou encore la polio. Pire encore, cette eau contaminée serait la cause de 500 000 décès par diarrhée chaque année.

L'OMS recommande donc un investissement massif des pays dans les infrastructures. Les dépenses des pays en matière d'eau et d'assainissement ont beau avoir augmenté depuis trois ans, l’effort reste en effet insuffisant dans une large majorité des cas. Garantir l'accès à l'eau potable est pourtant une priorité. C'est même l'un des 17 objectifs de développement durable fixés par l'ONU pour 2030. Mais selon l'OMS, celui lié à l'eau ne sera pas atteint si les financements n'évoluent pas plus vite.

Pour y remédier, les pays vont donc devoir mettre la main au porte-monnaie et tripler les investissements en infrastructures. Au moins 100 milliards de dollars doivent être investis chaque année. Le défi peut être relevé, assure l'OMS.