rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»

Santé et Médecine Environnement

Publié le • Modifié le

Une ONG alerte sur la présence d'herbicide dans l'urine des Français

media
L'usage du glyphosate, un herbicide toxique présent notamment dans le Roundup de Monsanto, est souvent dénoncé par les ONG écologistes. Ici, devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles. AFP PHOTO / GREENPEACE / PHILIP REYNAERS

Des résidus de glyphosate, substance classée « cancérogène probable » par une agence de l'ONU, ont été retrouvés dans les urines d'un échantillon de 30 Français, dont l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho et la chanteuse Emily Loizeau. Une occasion de plus pour l'ONG Générations Futures, qui a commandé ces tests, de tirer la sonnette d'alarme pour faire interdire l'utilisation des désherbants contenant cette matière active.


Contrairement au Centre international de recherche sur le cancer, l'Agence européenne des produits chimiques a estimé en mars dernier que le glyphosate ne devait pas être classé comme cancérogène.

En attendant un nouvel avis scientifique, la Commission européenne a prolongé l'autorisation du pesticide jusqu'à la fin de l'année. Elle devrait par la suite prendre la décision d'interdire ou pas cette molécule qu'un collectif d'ONG et d'associations considère comme dangereuse pour la santé.

Pour François Veillerette, président de l'ONG Générations Futures à l'origine des tests en France, ces résultats vont aider les pays européens à prendre la bonne décision.

« Tout le monde ne sait sans doute pas chez les décideurs européens que l’ensemble de la population européenne est contaminée par le glyphosate. Les Français le sont, on vient le montrer. Une équipe scientifique a démontré la même chose en Allemagne l’année dernière. Et on n’a pas de doute que dans les autres pays européens, c’est la même chose. Que le produit soit dangereux, c’est une chose. Que tout le monde y soit exposé, ça rajoute une préoccupation supplémentaire. Donc on espère que la diffusion de cette information va avoir un effet. Et que les scientifiques, les médecins s’emparent de ces données pour que ça puisse faire changer d’avis un certain nombre d’Etats-membres en Europe. »

Générations Futures invite les Européens à signer l'initiative citoyenne qui doit recueillir au moins un million de signatures en une année dans sept pays de l'Union, pour demander l'interdiction du glyphosate.

Des ONG européennes lancent une pétition contre le glyphosate