rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Etats-Unis: Washington veut que la Corée du Nord revienne «sur le chemin du dialogue» (ministres)
  • Turquie: suspension de plus de 9100 policiers accusés de lien avec Gulen (officiel)
  • Les forces kurdes appellent à une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie (communiqué)

Pauvreté Biologie

Publié le • Modifié le

La pauvreté a-t-elle une incidence sur le développement du cerveau?

media
La semaine du cerveau se déroule du 13 au 19 mars 2017 DR

Du 13 au 19 mars a lieu la semaine du cerveau. Véritable poste de commandement de notre corps, il ne serait pas à l’abri des contingences matérielles. De plus en plus d’études suggèrent que la pauvreté pourrait avoir une influence sur son développement.


Et si le cerveau était un organe comme les autres ? C’est-à-dire que, comme les autres, il porterait les stigmates de la privation, du manque, et du stress qui va avec ?

On sait depuis longtemps que certaines carences en nutriments ont un impact sur le développement du cerveau du fœtus ou du jeune enfant : la carence en iode ou en fer, par exemple, qui continue d’être un problème dans certains pays pauvres.

Mais ce n’est pas tout. Les techniques d’imagerie médicale, qui permettent de scruter les différentes régions cérébrales, apportent un éclairage nouveau. Selon plusieurs études scientifiques, certaines zones du cerveau seraient moins développées chez les enfants pauvres, que chez les enfants riches, celles en particulier liées au langage et à l’attention.

Les premières années de vie seraient cruciales. C’est là, il est vrai, que l’activité cérébrale est la plus intense : le cerveau est en chantier, de nouveaux neurones apparaissent, et des milliards de connexions se créent.

Sentiment d’insécurité, stress, manque de stimulation intellectuelle laisseraient ainsi leur empreinte, avec au bout parfois, retard dans la maîtrise du langage, trouble de l’apprentissage, ou du comportement. Cela ne veut pas dire que tout est joué d’avance ; le cerveau est doté d’une incroyable plasticité.

A (re)écouter → Quel cerveau humain au 21ème siècle ?