rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Argentine

media

Situation géographique
D’une superficie de 2 780 400 km², la République d’Argentine est un pays d'Amérique du Sud, bordé par l'océan Atlantique à l’est et au sud-est, le Chili à l’ouest, la Bolivie au nord-ouest, le Paraguay au nord, le Brésil au nord-est et l'Uruguay à l’est.

Capitale : Buenos Aires : 13 millions d’habitants

Régime politique : République

Démographie
Population : 40 764 500 habitants
Densité : 14,66 hab./km²
Indice de fécondité : 2,3
Espérance de vie : Femmes : 80 ans - Hommes : 72 ans

Société
Ethnies : population d'origine européenne 85 %, Métis 10 %, Indiens 1,6 %
Langue : espagnol
Religions : catholicisme 92 %, protestantisme 2 %, judaïsme 2 %
Alphabétisation : 98 %
Développement humain : 45e / 186 pays (PNUD 2013)

Economie
Monnaie : peso argentin
Croissance : 2,59 % (2012)
Inflation : nc
PIB par habitant : 10 942 $
Dette publique : 44,9 % du PIB

Chronologie
9 juillet 1816 : proclamation de l’indépendance de l’Argentine, ancienne colonie espagnole, sous le nom de «Provinces-Unies d’Amérique du Sud».
1829-1852 : dictature du général Juan Manuel de Rosas.
1853 : proclamation de la Constitution fédérale de la République argentine. Le général Justo Urquiza devient le premier président.
1865-1870 : l’Argentine forme la Triple Alliance avec le Brésil et l’Uruguay, dans une guerre contre le Paraguay.
1879-1880 : guerre du Désert pour conquérir les «terres indiennes» s’étirant de la Pampa jusqu’au río Negro.
1880-1930 : fort développement économique soutenue par de grandes vagues d’immigration.
1930-1943 : alternance de coups d’État militaires et de retour à la légalité républicaine.
1946 : victoire à l’élection présidentielle de Juan Domingo Perón.
1955 : coup d’État national-catholique. Exil de Juan Perón.
1957 : rétablissement de la Constitution de 1853 abolie par Juan Domingo Perón en 1949.
1962-1966 : série de coups d’État militaires.
1973 : victoire à l’élection présidentielle de Juan Domingo Perón, qui meurt en 1974. Son épouse, Isabel Martínez de Perón, lui succède.
1976-1983 : dictature de la junte militaire. Répression violente des opposants politiques.
1983 : retour à la démocratie, suite à l’échec de la junte lors de la guerre des Malouines contre la Grande-Bretagne en 1982.
1984-1985 : signature de traités réconciliant l’Argentine et ses voisins chilien et brésilien.
1989-1999 : présidence de Carlos Menem.
1994 : le 18 juillet, une explosion pulvérise le bâtiment abritant les principales institutions juives d'Argentine, faisant 85 morts et 300 blessés, l'attentat le plus meurtrier de l'histoire du pays.
2001 : grave crise économique et monétaire.
2002-2007 : présidence de Nestor Kirchner auquel succède son épouse, Cristina Fernández de Kirchner.
2007-2011 : procès contre les militaires de la junte au pouvoir de 1976 à 1983.

2010
Février : l'Argentine annonce le renforcement de ses contrôles sur les bateaux se rendant aux îles Malouines pour protester contre la décision de Londres d'autoriser le lancement de forages pétroliers au large de l'archipel.
Juillet : l'Argentine devient le premier pays d'Amérique latine à autoriser le mariage homosexuel.
Décembre : l'ancien dictateur Jorge Videla, qui a dirigé l'Argentine de 1976 à 1981, est condamné à la prison à vie pour meurtre, torture et enlèvements.

2011
28 février : procès des anciens chefs de la junte militaire pour enlèvement d'enfants pendant la dictature : 2 anciens chefs de la junte militaire, Jorge Videla (85 ans), et Reynaldo Bignone (83 ans), comparaissent, avec 6 autres personnes, dont d'anciens officiers et un médecin. Jorge Videla sera condamné le 5 juillet 2012 à 50 ans de prison pour vols de bébés sous la dictature.
14 août : 28 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour désigner les candidats à l'élection présidentielle du 23 octobre. C'est la première fois en Argentine que des primaires sont organisées.
23 octobre : la présidente sortante, Cristina Kirchner, est réélue dès le premier tour avec un écart qualifié d'historique sur son rival, le socialiste Hermes Binner.
27 octobre : l'ancien officier de marine Alfredo Astiz, surnommé "l'ange blond de la mort", accusé de crime contre l'humanité sous la dictature, entre 1976 et 1983, pour son rôle présumé dans le meurtre de 2 religieuses françaises, Alice Domon et Léonie Duquet, enlevées le 8 et 10 décembre 1977, est condamné à la prison à perpétuité.

2012
4 janvier : la présidente Cristina Kirchner (58 ans) est opérée d'un cancer de la thyroïde.
22 février : accident de train à Buenos Aires, 49 personnes sont tuées et 600 blessées.
7 mars : démission du ministre des Transports, Juan Pablo Schiavi.

2013
10-11 mars : référendum pour les 1 672 électeurs des îles Malouines (ou Falklands pour les Britanniques) pour dire s'ils veulent ou non "que les Malouines restent un territoire d'outre-mer du Royaume-Uni". Le "oui" l’emporte à 98,8 %.
12 mars : l'ancien président, le général Reynaldo Benito Bignone, au pouvoir du 1er juillet 1982 au 10 décembre 1983, est condamné à la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité.
30 avril : l'ancien capitaine de l'armée, Norberto Raul Tozzo, accusé de crimes contre l'humanité durant la dictature militaire de 1976 à 1983, est condamné à 24 ans de prison.
17 mai : décès de l'ancien dictateur Jorge Rafael Videla, au pouvoir de 1976 à 1983.
13 juin : l'ancien président Carlos Menem (82 ans), au pouvoir de 1989 à 1999, est condamné à 7 ans de prison pour trafic d'armes à destination de l'Equateur et de la Croatie en violation de l'embargo imposé par l'ONU, lors de la guerre en ex-Yougoslavie dans les années 1990.

2014
14 janvier : décès du poète argentin Juan Gelman, prix Cervantes 2007, à l'âge de 83 ans, à Mexico où il s'était installé il y a plus de vingt ans.
23 janvier : le gouvernement dévalue le peso, la devise nationale, de 13 % et assoupli partiellement l'accès aux dollars.
30 janvier : un policier argentin est arrêté pour avoir vendu pour 3 000 pesos (275 euros) une fillette de 2 ans.
5 avril : le gouverneur de la province de Buenos Aires décrète l'état d'urgence sécuritaire pour douze mois après une vague de crimes et délits ayant parfois débouché à des lynchages. La mesure prévoit l'investissement de 600 millions de pesos (54 millions d'euros) pour l'équipement des forces de l'ordre et la mobilisation immédiate de 5 000 policiers retraités pour renforcer les patrouilles. Un bouton d'appel d'urgence sera disponible sur les portables et la circulation des motos sera restreinte pour éviter les vols à l'arraché.
21 avril : Maria Julia Alsogaray, ministre emblématique du président argentin Carlos Menem (1989-1999), est condamnée à quatre ans de prison pour malversation lors de la privatisation de l'entreprise publique de téléphonie ENTel, dans les années 1990.
27 juin : le vice-président argentin Amado Boudou est inculpé pour corruption, accusé d'avoir acheté, via un prête-nom, une imprimerie en faillite et d'avoir fait en sorte qu'elle obtienne le monopole de l'émission des billets de banque.

2015
18 janvier
: le procureur Alberto Nisman est retrouvé mort quelques heures seulement avant qu'il ne soit entendu par une commission parlementaire. Il enquêtait sur l'attentat à la bombe contre le siège de l'Association mutuelle israélite d'Argentine (AMIA) qui a fait 85 morts et plus de 300 blessés en juillet 1994.
31 août : la Banque centrale d’Argentine obtient gain de cause, devant la Cour d’appel de Manhattan (Etats-Unis) contre deux fonds américains qui avaient racheté de la dette argentine, après la faillite du pays en 2001, et qui exigeaient d’être remboursés.
22 novembre : le candidat de l'opposition libérale Mauricio Macri remporte le second tour de l'élection présidentielle. Investiture le 10 décembre.
29 décembre : verdict dans le procès de l’accident ferroviaire de février 2012, où 51 personnes ont trouvé la mort et près de 800 autres ont été blessées après qu’un train de banlieue n’ait pu stopper en entrant dans la gare d’Once, à Buenos Aires. Sur les 28 prévenus, 21 ont été condamnés, dont deux anciens secrétaires d’Etat et les responsables de la compagnie ferroviaire.

2016
17 janvier : mesure sans précédent, le président Mauricio Macri, qui a reçu les filles du procureur Albert Nisman retrouvé mort le 18 janvier 2015, ordonne que toutes les archives sur Nisman et l’affaire AMIA, y compris celles des services secrets, soient remises à la juge, afin que cette mort soit éclaircie.
22 janvier : après 13 années d’absence, l'Argentine signe son grand retour au Forum économique de Davos. Derrière ce « come-back », le nouveau président Mauricio Macri, désireux de tourner la page des années Nestor puis Cristina Kirchner, marquées par une politique protectionniste.

Documentation RFI, février 2016