rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»
  • Loi El Khomri: le Conseil constitutionnel censure partiellement le référendum d'entreprise
  • France: l'Assemblée vote la transformation de l'ISF en impôt sur la seule fortune immobilière

Afghanistan

media

(Carte RFI)

Situation géographique
Pays d’Asie centrale aride et montagneux de 652 230 km², l’Afghanistan est bordé par l’Iran à l'ouest, le Pakistan au sud-est, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan au nord.

Capitale : Kaboul : 3,28 millions d'habitants

Régime politique : République

Démographie
Population : 29 millions d'habitants
Densité : 45,73 hab./km²
Indice de fécondité : 5,1
Croissance démographique : 2,2 %
Espérance de vie : femmes : 61,8 ans - hommes : 59,3 ans

Société
Ethnies : Pachtouns, Tadjiks, Hazaras, Ouzbeks
Langues : pachtou, dari, hazara, ouzbek
Religions : sunnites (80 %), chiites (19 %)
Alphabétisation : 28,1 %
Développement humain : 169e / 187 pays (PNUD 2014)

Economie
Monnaie : afghani
Croissance : 4,2 % (2014)
Inflation : 7,39 %
PIB par habitant : 620 $

Chronologie
19 août 1919 : proclamation de l'indépendance de l'Afghanistan, ancien protectorat britannique. Série de réformes politiques, sociales et religieuses.
1929 : coup d’État des Tadjiks afghans qui renversent le roi pachtou.
1931 : promulgation de la Constitution.
1933 : accession au trône du roi Zaher Shah, qui est renversé en 1973.
1965 : les premières élections législatives s'accompagnent de la création du Parti Démocratique du Peuple Afghan (PDPA).
1973 : instauration d'un régime républicain autoritaire et pro-soviétique. Son premier président, Mohammad Daoud Khan, est assassiné à la suite d'un coup d’État du PDPA en 1978.
1979 : invasion de l'URSS qui installe un régime communiste soutenu par l’Armée rouge.
1989 : retrait des troupes soviétiques après neuf ans de guerre contre les Moudjahidines, qui entrent en conflit avec le président Najibullah.
1992 : démission de Najibullah et chute du régime communiste. Guerre civile entre factions moudjahidines rivales.
1996 : soutenus par le Pakistan, les talibans s’emparent de Kaboul et imposent la charia (loi coranique).
2000 : sanctions de l’ONU en raison du soutien des talibans au terrorisme.
2001 : en octobre, entrée en guerre des Etats-Unis et du Royaume-Uni contre les talibans dans le cadre de l’opération « Liberté immuable ». Après la capitulation des talibans, Hamid Karzaï est nommé président par intérim. En décembre, début des opérations de l'International Security Assistance Force (ISAF), qui passe sous le commandement de l'OTAN en 2003.
2004 : en janvier, adoption d'une constitution adoptant un régime présidentiel. En octobre, Hamid Karzaï est élu président. Il est réélu en 2009.
2006 : offensive des talibans dans le sud du pays.
2009 : renforcement des contingents américains et des troupes de l'OTAN.
2010 : en février, début de l'intensification des opérations contre les talibans dans les provinces du sud et de l'est. En mai, le président américain officialise des négociations indirectes avec les talibans. En septembre, les élections législatives renouvellent le Parlement dans un contexte d'insécurité et de fraudes massives.
2011 : en juin, annonce du retrait d'un tiers des soldats américains par le président Barack Obama, d'ici l'été 2012. Le 20 novembre, l'armée française évacue sa dernière base de combat à Nijrab, dans la province de Kapisa, après onze ans de présence dans le pays.
2012 : en janvier, les talibans annoncent un accord initial pour l'ouverture d'un bureau politique dans un pays tiers, concernant des négociations de paix. Celles-ci sont suspendues deux mois plus tard. En avril, les Talibans lancent une série d'attaques à Kaboul pour marquer le début de leur "offensive du printemps", les plus massives en dix ans de guerre, en particulier dans le quartier des ambassades. En mai, le sommet de l'Otan à Chicago entérine la stratégie de retrait d'Afghanistan de l'Alliance.
2013 : le 18 juin, le gouvernement afghan prend le contrôle de la sécurité à la place de l'ISAF. Le même jour, les talibans annoncent l'ouverture d'un bureau de représentation à Doha en vue de négociations futures. Hamid Karzaï suspend les négociations avec Washington sur un accord bilatéral de sécurité.

2014
5 avril : environ sept millions d'électeurs défient les menaces des talibans et les intempéries pour le premier tour de la présidentielle devant déterminer le successeur de M. Karzaï, qui ne peut briguer un troisième mandat à la tête de l'Etat au terme de la Constitution. 2nd tour le 14 juin.
24 avril : trois médecins étrangers sont tués dans un hôpital de Kaboul géré par une ONG américaine lors d'une fusillade déclenchée par un garde.
27 avril : l'ancien ministre des Affaires étrangères, Abdullah Abdullah, arrive largement en tête du premier tour de l'élection présidentielle du 5 avril, avec 44,9 % des voix, devant Ashraf Ghani (31,5 %), un ancien économiste de la Banque mondiale. Second tour le 14 juin.
1er mai : au moins 13 personnes, dont six membres des forces de sécurité afghanes, sont tuées dans un attentat suicide taliban dans le Panshir (nord de Kaboul), fief du  candidat à la présidentielle Abdullah Abdullah, région considérée la plus stable du pays.
2 mai : des centaines de personnes sont portées disparues dans la province du Badakhshan (nord-est de l'Afghanistan) après un glissement de terrain survenu à la suite
de pluies torrentielles. Bilan au 5 mai : au moins 300 morts.
21 mai : 16 policiers sont tués au cours des dernières 24 heures, dont huit retrouvés décapités dans la province de Zabul (sud), au moment où les forces de sécurité préparent le second tour de l'élection présidentielle du 14 juin.
6 juin : deux bombes explosent devant un hôtel de Kaboul où le favori de la présidentielle afghane, Abdullah Abdullah, participe à une réunion publique. Plusieurs de ses gardes du corps sont blessés.
14 juin : second tour de la présidentielle.
2 juillet : un attentat suicide visant un bus de l'armée afghane à Kaboul tue huit officiers et blesse treize autres personnes, revendiqué par les rebelles talibans.
20 septembre : signature d'un accord de partage du pouvoir entre le président élu Ashraf Ghani et son rival Abdullah Abdullah : le pouvoir sera partagé entre Ghani et un chef de l'exécutif dont le nom sera proposé par Abdullah Abdullah. Investiture le 29.
1er octobre : le président Ghani ordonne, par décret, à la justice afghane d'ouvrir de nouvelles enquêtes sur la Kabul Bank, une affaire de corruption massive qui avait choqué le pays et la communauté internationale.
23 novembre : 57 morts et une soixantaine de blessés lors d'un match de volley-ball dans l'est du pays, dans l'un des attentats les plus meurtriers de ces dernières années.
11 décembre : un attentat suicide dans le centre culturel français de Kaboul fait au moins un mort et de nombreux blessés.

2015
25 février
: une série d'avalanches déclenchées par de fortes chutes de neige dans plusieurs provinces montagneuses du nord de l’Afghanistan font plus 280 morts. La province du Panchir est l’une des plus touchées avec au moins 186 victimes.
28 avril : au moins 52 personnes sont portées disparues après un glissement de terrain dans une région reculée du nord-est de l'Afghanistan.
22 juin : les rebelles talibans attaquent le Parlement, tuant notamment une femme et un enfant.
22 juillet : un kamikaze se fait exploser sur le marché principal d’Almar, provoquant la mort d'au moins 19 personnes.
7-10 août : une série d'attentats tue une cinquantaine de civils et de membres des forces de l'ordre et blesse plusieurs centaines d'autres personnes.
26 octobre : un puissant séisme de magnitude 7,5 secoue l'Asie du Sud, faisant près de 300 morts au Pakistan et en Afghanistan.
7 novembre : de violents combats opposent des milices talibanes rivales dans deux districts reculés du sud-est du pays.
10 novembre : manifestation de la communauté chiite hazara devant le palais présidentiel, après l'égorgement de sept membres de leur communauté dans le sud du pays. Les participants réclament des comptes au président Ashraf Ghani.
8 décembre : les talibans lancent un assaut contre l'aéroport de Kandahar, dans le sud du pays, à la veille d'une conférence régionale à Islamabad, au Pakistan, qui doit notamment relancer les discussions entre Kaboul et les talibans.
21 décembre : six soldats de la mission de l'Otan sont tués dans un attentat-suicide perpétré par des rebelles talibans au nord de Kaboul.

2016
1er janvier : les talibans revendiquent un attentat-suicide à la voiture piégée contre un restaurant fréquenté par des expatriés, en plein centre de Kaboul. Le bilan est de 2 morts et de 15 blessés.
17 janvier : au moins 14 personnes sont mortes dans un attentat-suicide lors d’une «jirga», une assemblée de responsables tribaux, chez un élu local à Jalalabad.
25 janvier : pour la 2ème fois en dix jours, un taliban infiltré tue 10 policiers, dans une province du sud du pays. Le 17 , neuf policiers avaient déjà été tués par quatre de leurs collègues infiltrés. Depuis la fin de la mission de combats de l’Otan, les talibans multiplient les fronts et les cas de désertions au sein des forces afghanes augmentent à mesure que les insurgés poursuivent leur expansion.
27 février : deux attaques perpétrées dans l'est du pays et dans la capitale font plus de 20 morts. A Kaboul, un attentat-suicide près du ministère de la Défense revendiqué par les talibans tue plus de 9 personnes et en blesse 13 autres. Plus tôt dans la journée, un autre attentat-suicide, visant cette fois un chef tribal, provoque la mort de 13 civils et en blesse 40 autres à Kunar, une province instable de l'est de l'Afghanistan.
28 mars : des insurgés talibans tirent une série de roquettes sur le Parlement, au moment où des responsables des services de sécurité nationaux s'apprêtaient à s'adresser aux parlementaires.
19 avril : un attentat-suicide à la voiture piégée et une fusillade font au moins 64 morts et 347 blessés dans le centre de Kaboul. L'attaque est revendiquée par les talibans, une semaine après avoir annoncé le début de leur «offensive de printemps».
16 mai : des milliers de manifestants hazaras dans les rues de Kaboul pour protester contre le nouveau tracé d’une ligne à haute tension qui ne passe pas par la province de Bamiyan, une région où ils sont majoritaires, dans le centre du pays.
24 mai : le mollah Haibatullah succède au mollah Mansour, chef des talibans afghans, tué le 21 dans une frappe américaine sur le sol pakistanais.
20 juin : au moins 14 personnes tuées dans un minibus lors d'un attentat perpétré par un kamikaze à pied à Kaboul. L'attaque est revendiquée sur les réseaux sociaux par un porte-parole des talibans afghans. Un peu plus tard dans la matinée, au moins 8 personnes sont tuées et 18 autres blessées dans l'explosion d'une moto piégée dans la province afghane du Badakhshtan (nord-est).
30 juin : au moins 27 morts et 40 blessés lors d'un attentat contre un convoi d’autobus transportant des policiers dans un quartier populaire de l’ouest de Kaboul.
5 juillet : suite à la situation sécuritaire, les Etats-Unis annoncent le maintien de 8 400 hommes en 2017, et non 5 500 comme il était envisagé précédemment.
23 juillet : plus de 80 morts et de 200 blessés lors d'un attentat contre une manifestation pacifique de la minorité chiite hazara à Kaboul, attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.
25 juillet : selon un rapport de l'ONU, plus de 5 000 victimes ont été recensées en Afghanistan depuis le 1er janvier 2016. Au moins 1 601 civils sont morts et 3 565 autres ont été blessés dans les combats. C’est un bilan en hausse de 4 % par rapport à la même période en 2015, et ce sont les enfants qui en paient particulièrement le prix fort, avec un tiers des morts et des blessés.
31 juillet : un attentat de très forte puissance au camion piégé vise un hôtel sécurisé pour étrangers dans les faubourgs de Kaboul, revendiqué par les talibans. Les trois assaillants sont abattus.
12 août : le ministère de la Défense américain annonce la mort de Hafez Saïf, chef du groupe Etat islamique en Afghanistan et au Pakistan, tué par un tir de drone, le 26 juillet dernier, dans la province de Nangarhar, à l'est du pays.
24 août : attaque contre l'université américaine de Kaboul, douze personnes tuées et 26 autres blessées. L'offensive va durer 10 heures.
5 septembre : deux attentats suicides revendiqués par les talibans font au moins 24 morts dans la capitale afghane. Plus de 90 personnes ont aussi été blessées, l’explosion s’étant produite à l’heure de pointe, dans une zone très fréquentée, à proximité du ministère de la Défense.
22 septembre : le gouvernement signe un accord de paix avec Gulbuddin Hekmatyar, un ancien criminel surnommé le «boucher de Kaboul». L'accord permet à cet ancien chef de guerre d'obtenir une immunité juridique, ce qui provoque de vives réactions d'ONG comme celle, notamment, de Human Rights Watch qui dénonce une culture de l'impunité.
2 octobre : les talibans lancent un assaut coordonné contre Kunduz, grande ville du nord de l’Afghanistan, à la veille d'une conférence de donateurs à Bruxelles. Les combattants marquent ainsi le premier anniversaire de leur brève prise de contrôle de la seule capitale provinciale tombée entre leurs mains depuis la chute de leur régime en 2001. Le 4, à Bruxelles, les pays donateurs mettent la main à la poche : 15,2 milliards de dollars pour les quatre ans à venir. 75 Etats étaient présents, ainsi que 25 organisations internationales. Le 6, les combats se poursuivent à Kunduz : au moins 40 civils ont été tués depuis le début de l'offensive talibane selon des sources médicales. Il y a près de 250 blessés et au moins 40 morts dans les rangs de l'armée et de la police. L'armée affirme également que 90 talibans ont été tués.
11 octobre : nouvelle attaque contre la communauté chiite en pleine période de célébrations religieuses de l'Achoura. Elle a été perpétrée dans une mosquée de Kaboul. Le dernier bilan fait état de 14 morts, 13 civils dont un enfant, ainsi qu'un policier. Au moins 36 personnes ont été blessées.
3 novembre : au moins 30 civils, dont des femmes et des enfants, sont tués lors d'une frappe de l’Otan à Kunduz.

Service de la Documentation RFI, mai 2017