rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Réforme des retraites: des responsables de gauche ce lundi en gare de Lyon pour soutenir les grévistes
  • France: Patrick Balkany, hospitalisé, ne sera pas présent à son procès en appel pour fraude fiscale, lundi après-midi
  • Grève durant les fêtes: PCF et LFI dénoncent le «chantage» et le «choix du pourrissement» du gouvernement français
  • Diplomates chinois expulsés: Pékin dénonce une «faute» des États-Unis (ministère)
  • Réforme des retraites: «il ne faut pas politiser Noël», lance Éric Woerth (LR) sur LCI
  • Huile de palme: l'Indonésie porte plainte contre l'Union européenne devant l'OMC, dénonçant une politique «discriminatoire»
  • L'usine Lubrizol de Rouen a partiellement redémarré samedi 14 décembre (direction)
  • Liban: nouveau report des consultations pour désigner un Premier ministre (présidence)
  • Grève en France: plus de 620 km de bouchons en Ile-de-France ce lundi matin

Israël Territoires palestiniens ONU

Publié le • Modifié le

Territoires palestiniens: un rapport pointe le coût exorbitant de l’occupation

media
Un checkpoint israélien dans la ville palestinienne d'Hébron, le 21 avril 2019 (illustration). HAZEM BADER / AFP

Selon un rapport de la Cnuced rendu public ce lundi 2 décembre, l'occupation israélienne a provoqué un manque à gagner de 43 milliards d'euros pour l'Autorité palestinienne entre 2000 et 2017.


Avec notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

N'ayant pas le contrôle de ses frontières, l’Autorité palestinienne perd chaque année 1,5 milliard d’euros de recettes fiscales. Mais en additionnant tous les facteurs, le coût de l’occupation israélienne est estimé à un peu plus de 43 milliards d’euros sur près de 20 ans, indique la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) dans un rapport rendu public ce lundi. Cela correspond à 30 % du PIB palestinien.

Misyef Misyef, de l’Institut de recherches sur les politiques économiques palestiniennes, pointe le non-respect du Protocole de Paris, volet économique des accords d’Oslo : « C’est le premier rapport qui fait état de toutes les pertes de revenus en raison des relations établies par le Protocole de Paris. Et il y a de nombreux problèmes liés au commerce, aux taxes, aux revenus en général... Le Trésor public palestinien a subi beaucoup de pertes. Il faut négocier l’application de ce Protocole de Paris, car beaucoup d’aspects ne sont pas en vigueur jusqu’à aujourd’hui. »

Ce manque à gagner perpétue la fragilité de l’Autorité palestinienne, selon la Cnuced. Celle-ci estime que ces 43 milliards d’euros auraient permis la création de plus de 2 millions d’emplois. Alors que près de 5 millions de Palestiniens vivent dans les Territoires occupés.

À lire aussi : La fin de la «guerre des taxes» entre Israël et l'Autorité palestinienne?

Chronologie et chiffres clés