rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran États-Unis Pétrole Royaume-Uni

Publié le • Modifié le

Grace 1: les Etats-Unis demandent la saisie du pétrolier iranien

media
Le Grace 1, ici à l'ancre à Gibralatr après son arraisonnement, devrait changer de pavillon et de nom (Adrian Darya) et reprendre sa route en Méditerranée selon les autorités iraniennes. REUTERS/Jon Nazca/File Photo

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi 16 août avoir émis un mandat pour saisir le pétrolier iranien «Grace 1», arraisonné à Gibraltar début juillet, au lendemain d'une décision de justice de ce territoire britannique de laisser le tanker reprendre sa route. Les autorités britanniques n'ont pas encore réagi.


Alors que les autorités de Gibraltar ont annoncé jeudi la levée de l'ordre d'immobilisation du Grace 1, le département d'Etat américain a demandé in extremis la saisie du pétrolier.

Un tribunal américain a émis ce vendredi un mandat de saisie visant le cargo. Une décision prise suite à une plainte de l'administration des Etats-Unis, déclare dans un communiqué, la procureure du district de Columbia, Jessie Liu.

Le ministère américain de la Justice accuse le navire iranien de servir à un trafic «illicite vers la Syrie, orchestré par le corps des Gardiens de la révolution islamique», un groupe placé par Washington sur sa liste noire des organisations terroristes étrangères.

Le chef de l'exécutif de Gibraltar, Fabian Picardo, avait déclaré jeudi avoir décidé de lever l'ordre d'immobilisation du Grace 1 après avoir reçu l'assurance écrite de la part de Téhéran que le navire ne violerait pas les sanctions imposées à la Syrie par l'Union européenne. Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Moussavi, affirmait lui vendredi que son pays n'avait donné à Gibraltar «aucune garantie concernant le fait que le Grace 1 n'irait pas en Syrie».

Le pétrolier iranien, qui transporte deux millions de barils de pétrole, avait été saisi le 4 juillet au large de Gibraltar par les forces des Royal Marines, provoquant un nouvel accès de tension avec l'Iran qui a arraisonné depuis trois autres pétroliers, dont un battant pavillon britannique le 19 juillet.

À lire aussi : Pétrolier saisi: Londres souhaite «l'apaisement» des tensions avec Téhéran

avec agences

Chronologie et chiffres clés