rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël Territoires Palestiniens Religion Benyamin Netanyahu

Publié le • Modifié le

Législatives en Israël: polémique sur la place des Arabes dans l'Etat hébreu

media
Le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahu, le 10 mars 2019 à Jérusalem. Gali Tibbon/Pool via REUTERS

L'étincelle a été lancée sur les réseaux sociaux samedi 9 mars 2019, et l'affaire fait réagir jusqu’au sommet de l’Etat en Israël. D’abord sur la Toile, puis dans le débat public, en pleine campagne des législatives, les Israéliens s'opposent au sujet de la place des citoyens de descendance palestinienne dans le pays, après une prise de position du célèbre mannequin Rotem Sela à leur sujet.


De notre correspondant à Jérusalem,

C’est une personnalité appréciée des Israéliens, le mannequin Rotem Sela, qui a initié la polémique samedi soir. Cette célébrité, qui fait régulièrement des apparitions dans les émissions de télévision, n’était pas devant les caméras cette fois-ci, mais derrière son écran de télévision. Elle regardait une émission dans laquelle la ministre de la Culture et des Sports était interviewée.

Cette dernière, Miri Regev, est une proche de Benyamin Netanyahu. Dans l'émission, elle utilisait la même rhétorique que le Premier ministre contre son principal rival pour les législatives du 9 avril, l’ancien chef d'état-major Benny Gantz à savoir que l’ex-militaire entend former une coalition de gouvernement avec les partis arabes à l’issue des élections du mois prochain.

Les partis arabes représentent des descendants de Palestiniens restés sur place à la création d’Israël en 1948. Benny Gantz n'a jamais fait une telle annonce à leur sujet, mais la droite utilise cet argument pour effrayer une grande partie de l’électorat. Un discours qui agace Rotem Sela, qui a donc publié une « story » sur Instagram pour réagir à la teneur des échanges de samedi soir.

Dans sa publication, elle se demande pourquoi la journaliste n’a pas demandé à la ministre quel était le problème avec les citoyens arabes. « Quand y aura-t-il enfin quelqu’un au gouvernement pour expliquer aux Israéliens qu’Israël est un Etat pour tous ses citoyens et que les gens sont nés égaux ? », écrit-elle. Un commentaire qui a aussitôt entraîné une polémique à l'échelle nationale.

Netanyahu lui répond

Depuis, le compte de Rotem Sela a été inondé de réactions. Certains sont positifs, mais pour la plupart, ils sont hostiles. Selon une journaliste du quotidien Yediot Ahranoth, « des commentaires comme "sois belle et tais-toi" étaient presque des compliments, comparés à toutes les saletés qui lui ont été lancées ».

Le Premier ministre lui-même n'est pas resté en marge de ce buzz. Benyamin Netanyahu a en effet répondu à Rotem Sela sur Instagram. « Israël n’est pas l’Etat de tous ses citoyens », écrit-il en s'adressant à la jeune femme. Et de rappeler qu’en vertu de la loi «Israël Etat-nation», adoptée par sa majorité en juillet dernier, « Israël est l’Etat-nation du peuple juif et de lui seul ».

Rotem Sela s’est toutefois attirée quelques marques de sympathie. Ce fut le cas de l’actrice israélienne Gal Gadot, elle aussi mannequin et connue pour son rôle de Wonder Woman au cinéma dans le film du même nom, qui écrit, elle aussi sur son compte Instagram : « Aime ton prochain comme toi-même. »

Benyamin Netanyahu a d'ailleurs lui aussi eu droit à un recadrage. C’est le président qui s’y est livré. Reuven Rivlin a jugé le discours du Premier ministre envers les Arabes israéliens « inacceptable ». « Les Arabes ne sont pas des électeurs de seconde classe », estime le chef de l'Etat.

► À relire : Les tâtonnements de Gantz face aux offensives Netanyahu

 

Chronologie et chiffres clés