rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Jérusalem Territoires Palestiniens Israël Religion

Publié le • Modifié le

[Reportage] Les Palestiniens réunis dans le calme sur l'esplanade des Mosquées

media
L’esplanade des Mosquées en octobre 2014 (photo d'illustration). REUTERS/Ammar Awad

Des dizaines de milliers de Palestiniens sont allés prier sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, ce vendredi. Une mobilisation alors que les tensions avec Israël autour de ce lieu saint pour les musulmans et les juifs sont remontées ces dernières semaines. L'enjeu porte sur l'ouverture de salles fermées depuis 2003 sur décision de la justice israélienne, mais rouvertes le mois dernier par les dirigeants religieux de l'esplanade. Les musulmans ont voulu marquer leur attachement au lieu, ce vendredi. Mais cette mobilisation s'est déroulée dans le calme. Reportage.


Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

La prière du vendredi rassemble toutes les semaines des milliers de fidèles sur l’Esplanade des Mosquées. Mais cette fois-ci, l'enceinte était particulièrement pleine, certains ont même prié à l'extérieur. Une mobilisation qui se voulait une mise en garde aux autorités israéliennes, assure Slimane Shkeraat, un habitant de Jérusalem.

« La raison pour laquelle nous étions plus nombreux, c'est parce que le gouvernement israélien nous interdit de prier dans les salles de la porte de la Miséricorde. Ils veulent mettre la main dessus », explique-t-il.

La justice israélienne a demandé aux autorités religieuses musulmanes de refermer les salles situées porte de la Miséricorde. Un recul inenvisageable pour les Palestiniens qui redécouvrent ce lieu, souligne Bilal Qabaha, venu d'une ville arabe israélienne dans le nord du pays.

« On pensait qu'il y aurait des problèmes avec la porte de la Miséricorde, dit-il. La plupart sont venus pour voir la porte de la Miséricorde parce qu'elle était fermée depuis 16 ans. Tout le monde était curieux de la voir. »

Pour Bilal Qabaha, il y avait deux fois plus de monde ce vendredi que la semaine dernière. Mais malgré quelques appels à manifester, les fidèles se sont dispersés dans le calme. Par crainte de violences de la part de la police israélienne, estime ce trentenaire.

« Les gens ont compris comment l'occupant pense et ils préfèrent s'éloigner pour protéger leur vie, estime-t-il. Même avec toute cette foule, il ne s'est rien passé. Personne n'a rien dit. »

Quelques slogans ont tout de même été lancés, mais ils n'ont guère été repris par la foule plus affairée à rentrer chez elle ou faire quelques achats.

► Ecouter la version audio du reportage 08/03/2019 - par Guilhem Delteil Écouter
Chronologie et chiffres clés