rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Christchurch: l'Australie convoque l'ambassadeur turc après les commentaires d'Erdogan
  • Procès Monsanto: le Roundup a contribué au cancer du plaignant (jury)
  • Les forces israéliennes abattent un Palestinien soupçonné d'une attaque en Cisjordanie (Sécurité)
  • Cyclone au Mozambique: le bilan dépasse les 200 morts, selon le président Filipe Nyusi
  • L'Italie saisit le navire humanitaire bloqué au large de Lampedusa (ministère Intérieur)
  • Commerce: de hauts responsables américains à Pékin la semaine prochaine (responsable américain)
  • Venezuela: Trump appelle les militaires à mettre fin à leur soutien à Maduro

Syrie Turquie

Publié le • Modifié le

Syrie: la Turquie réitère ses menaces d’offensive militaire

media
Chars d'assaut de l'armée turque dans un village proche de la frontière syrienne (image d'illustration). REUTERS/Osman Orsal

Alors que le plus grand flou entoure les modalités et le calendrier du retrait annoncé des troupes américaines de Syrie, la Turquie revient à la charge avec de nouvelles menaces d’offensive militaire. Cette offensive viserait les combattants kurdes, alliés de Washington mais terroristes aux yeux d’Ankara. Selon le chef de la diplomatie turque, son pays attaquera si le retrait américain s’éternise.


Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Après le président Recep Tayyip Erdogan, qui affirmait, mardi, que l’armée turque était prête à entrer en Syrie à n’importe quel moment, son ministre des Affaires étrangères réitère et précise la menace. La Turquie est « déterminée » et n’attend « l’autorisation de personne », a prévenu Mevlüt Cavusoglu, ajoutant que si le départ des troupes américaines était retardé, Ankara mettrait ses menaces à exécution et lancerait une nouvelle opération contre les forces kurdes, les YPG, partenaires de Washington dans la lutte contre le groupe Etat islamique.

Ces propos sous-entendent que l’armée turque pourrait intervenir en Syrie alors que des soldats américains s’y trouvent encore. Dans cette interview accordée à la chaîne privée NTV, le chef de la diplomatie est même allé un peu plus loin, assurant que les offensives turques contre les milices kurdes ne dépendaient pas du retrait annoncé des Etats-Unis.

Recep Tayyip Erdogan promettait d’attaquer les combattants kurdes à l’est de l’Euphrate bien avant les dernières annonces de Donald Trump, a rappelé le ministre turc. L’étau se resserre donc sur les combattants kurdes, contraints de se tourner vers le régime syrien et son allié russe pour négocier une protection contre les menaces d’Ankara.

Chronologie et chiffres clés