rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Yémen Suède

Publié le • Modifié le

Yémen: les belligérants se rendent en Suède pour des pourparlers

media
Saelem Mohammed Noman Al-Mughalles, membre de la délégation houtie à Stockholm, le 5 décembre 2018. Stina STJERNKVIST / TT News Agency / AFP

Une délégation gouvernementale yéménite est attendue ce mercredi en Suède où elle doit participer, sous l'égide de l'ONU, à des pourparlers cruciaux visant à mettre fin au conflit meurtrier qui oppose le pouvoir, soutenu par l'Arabie saoudite, à des rebelles appuyés par l'Iran.


Alors que la délégation rebelle est déjà arrivée en Suède, l'ONU n'a pas officiellement annoncé la date du début des négociations, les premières de ce genre depuis 2016. La guerre dure depuis 2014 au Yémen, où la famine menace une partie de la population.

En septembre dernier, les Houthis n'étaient pas venus, faute de garanties, et les discussions avaient avorté. Qu'est-ce qui fait que cette fois elles ont une chance de se tenir ?

« Il y a un contexte régional qui a changé depuis septembre, explique Laurent Bonnefoy, chercheur au CNRS, notamment lié à l’affaire Khashoggi qui a contribué à mettre la pression qui était largement absente, en septembre et avant, sur une partie des belligérants, à savoir la coalition emmenée par l’Arabie saoudite. Ce changement de contexte a sans doute joué et amène aujourd’hui, et les Saoudiens et aussi les Emiratis, qui sont partie prenante, à vouloir montrer aussi leur bonne volonté. Ce qui a finalement facilité, d’une certaine manière, les tentatives de l’envoyé spécial de l’ONU d’offrir un certain nombre de garanties aux représentants du mouvement houthis pour se déplacer vers Stockholm. »

La délégation gouvernementale a attendu que les représentants rebelles arrivent mardi soir à Stockholm pour décoller mercredi matin de Riyad, ont indiqué des sources proches du pouvoir. Elles ont rappelé qu'en septembre une délégation gouvernementale s'était rendue à Genève pour des consultations, mais que les Houthis n'étaient pas venus.

Une délégation « porteuse d'espoir »

La délégation gouvernementale yéménite, forte de 12 membres, est cette fois conduite par le ministre des Affaires étrangères Khaled al-Yemani, a précisé une source proche de cette délégation.

Elle est « porteuse des espoirs du peuple yéménite », a dit Abdallah Alimi, chef du cabinet du président Abd Rabbo Mansour Hadi qui s'est réfugié en Arabie saoudite après la conquête en 2014 de la capitale yéménite Sanaa par les rebelles Houthis.

La délégation gouvernementale déploiera tous les efforts « pour la réussite des consultations [en Suède] que nous considérons comme une occasion réelle pour rétablir la paix », a souligné M. Alimi dans un tweet.

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés