rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le «taliban américain» John Walker Lindh libéré après 17 ans de prison (médias)
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)

Publié le • Modifié le

[Reportage] Israël: vaste mobilisation contre les violences faites aux femmes

media
Trois femmes allongées sur le sol dans un bain de faux sang avec des peluches symbolisant les enfants victimes de violences. Jérusalem, le 4 décembre 2018. © Guilhem Delteil/RFI

La journée était placée sous le signe de « la colère » en Israël. Mobilisation contre les violences conjugales et familiales que subissent les femmes dans le pays. En 2018, 24 d'entre elles sont mortes sous les coups d'un homme de leur famille. Et les protestataires dénoncent l'inaction du gouvernement sur le sujet. Pour exprimer cette colère, les Israéliennes et Israéliens étaient appelés à la grève. Une grande manifestation avait lieu dans la soirée à Tel Aviv. Mais tout au long de la journée, des rassemblements ont eu lieu dans des dizaines de villes. Reportage à Jérusalem.

 


Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

Pour tenter de toucher le plus de monde, c'est sur un important axe de circulation que les protestataires se sont installés. Essentiellement des femmes scandant « ne nous laissez pas mourir ».

Trois femmes gisent sur le sol dans un bain de faux sang. A leurs côtés, deux peluches. Car les enfants ne sont pas épargnés par ces violences: la semaine dernière, deux adolescentes ont été tuées. Ces deux meurtres obligeaient à descendre dans la rue, estime cette manifestante de 31 ans.

«Je pense qu'il est vraiment ridicule que le gouvernement ne prête pas attention à une thématique si importante. Nous sommes 51% de la population et néanmoins, il accorde si peu d'argent et si peu d'intérêt à un sujet aussi important », commente Adi.

Dans leurs slogans, les manifestants s'en prennent aux responsables politiques et réclament une réponse immédiate. Mais les promesses sont restées jusqu'à présent lettre morte regrette Uri, un résident de Jérusalem.

« Il y a un an, le gouvernement a bien approuvé un plan pour combattre les violences faites aux femmes. Il devait être financé à hauteur de près de 60 millions d'euros. Mais il ne s'est rien passé », dit-il.

En fin de manifestation, l'une des organisatrices égrène, plusieurs minutes durant, les noms des 24 femmes tuées depuis le début de l'année. Un nombre en hausse de 30% par rapport à l'an dernier. Et c'est après un long cri de colère que le rassemblement s'est dispersé.