rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations

G20 Recep Tayyip Erdogan Mohammed ben Salman Turquie Arabie saoudite

Publié le • Modifié le

Affaire Khashoggi: Erdogan demande l'extradition des suspects saoudiens

media
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 1er décembre 2018 au sommet du G20 de Buenos Aires. REUTERS/Sergio Moraes/Pool

En marge du G20, le président turc a réclamé samedi 1er décembre 2018 l'extradition des suspects saoudiens dans le meurtre de Jamal Khashoggi à Istanbul. Recep Tayyip Erdogan dit ne pas faire confiance à la justice saoudienne, alors qu'il soutient que l'ordre de tuer le journaliste et opposant émanait  « des plus hauts niveaux » du royaume.


Selon Recep Tayyip Erdogan, Mohammed ben Salman aurait donné « une explication difficilement croyable » aux dirigeants du G20 sur le rôle de Riyad dans l'assassinat du journalisme Jamal Khashoggi. Le président turc accuse l'Arabie saoudite de refuser d'aider les enquêteurs turcs dans leur quête d'informations au sujet de ce meurtre. Plus tôt dans la journée de samedi, le Wall Street Journal citait un rapport secret de l'agence de renseignement CIA, qui aurait intercepté 11 messages envoyés par Mohammad ben Salman à son plus proche conseiller, Saoud al-Qathani, avant et après la mort de Jamal Khashoggi.

Saoud al-Qathani supervisait les 15 hommes envoyés en Turquie pour tuer le journaliste. Il a ensuite été limogé. Si le contenu de ces messages reste pour l'heure inconnu, une autre communication a été interceptée ; elle date d'août 2017. Le prince héritier aurait alors indiqué à ses conseillers que si les efforts visant à convaincre Jamal Khashoggi de rentrer au royaume restaient vains, « ils pourraient l'attirer en dehors d'Arabie saoudite et s'arranger avec lui ». Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dit être en connaissance de ce rapport. Mais selon lui, il n'existe aucune preuve directe mettant en cause le prince héritier.

►Écouter : Erdogan utilise-t-il Khashoggi pour prendre le leadership du monde musulman ?

Chronologie et chiffres clés