rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Cyclone au Mozambique: le bilan dépasse les 200 morts, selon le président Filipe Nyusi
  • L'Italie saisit le navire humanitaire bloqué au large de Lampedusa (ministère Intérieur)
  • Commerce: de hauts responsables américains à Pékin la semaine prochaine (responsable américain)
  • Venezuela: Trump appelle les militaires à mettre fin à leur soutien à Maduro
  • Cortèges CGT-FO: 131000 manifestants en France selon Castaner, près de 350000 pour la CGT
  • Brexit: tout report aura «un coût économique et politique» (Barnier)
  • Etudiants en médecine en France: l'Assemblée vote la suppression du «numerus clausus»
  • Trump: les États-Unis et le Brésil «n'ont jamais été aussi proches»
  • France/Manifestation CGT et FO à Paris: 17.500 participants selon un comptage pour les médias, 50.000 selon la CGT
  • Venezuela: Washington sanctionne la compagnie minière d'Etat et son patron

Yémen

Publié le • Modifié le

Yémen: les combats s'intensifient nettement à Hodeida

media
Des combattants yéménites pro-gouvernementaux dans les environs d'Hodeida, le 6 novembre 2018. AFP

Des dizaines de rebelles houthis tués et onze combattants pro-gouvernementaux ont été tués au cours des dernières 24 heures dans la bataille pour le contrôle de la ville portuaire de Hodeida, dans l'ouest du Yémen.


Alors que des forces progouvernementales yéménites ont réalisé, jeudi 8 novembre, une percée à l'intérieur même de Hodeida, le bilan des affrontements s'alourdit. Près de 60 rebelles houthis ont été tués, la plupart dans des raids aériens attribués à la coalition anti-rebelles sous commandement saoudien, ont précisé des médecins.

Tranchées et mines

Les Houthis - des combattants aguerris soutenus par l'Iran et qui tenaient jusqu'ici Hodeida - ont creusé des tranchées et posé des mines sur des routes en périphérie de la ville, ce qui a ralenti l'avancée des forces pro-gouvernementales, a indiqué à l'AFP une source militaire loyaliste.

Toujours selon des sources pro-gouvernementales, les Houthis ont positionné des snipers sur les toits de certains bâtiments et derrière de grands panneaux publicitaires pour faire feu sur leurs adversaires.

« Militarisation » des hôpitaux ?

Plus tôt, Amnesty International avait confirmé que des rebelles s'étaient installés sur le toit d'un hôpital dans le quartier du 22-Mai à Hodeida même. L'ONG dénonce donc « une militarisation délibérée des hôpitaux » qui « viole la loi humanitaire internationale ».

De nombreuses organisations humanitaires s'inquiètent du sort de dizaines de milliers de civils, le port de Hodeida étant le point d'entrée des trois quarts des importations et de l'aide internationale au Yémen, pays en guerre depuis 2015 et menacé par la famine.

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés