rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Arabie saoudite Turquie Culture médias

Publié le • Modifié le

Journaliste saoudien disparu en Turquie: embarras et silence des alliés de Riyad

media
Des photos de Jamal Khashoggi placardées sur les barrières de sécurité lors d'une manifestation devant le consulat saoudien à Istanbul. REUTERS/Murad Sezer

Depuis son entrée mardi 2 octobre dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, le journaliste saoudien en exil Jamal Khashoggi a disparu. De sources policières turques, le journaliste critique du pouvoir saoudien aurait été assassiné à l'intérieur même du bâtiment. Les autorités de Riyad démentent formellement. Et cette mystérieuse affaire a de quoi embarrasser les alliés du royaume saoudien.


Le Washington Post demande aux États-Unis « d'exiger des réponses » de la part de l'Arabie saoudite. Le journal américain est l'un des employeurs de Jamal Khashoggi. Il veut naturellement savoir ce qui est arrivé au journaliste saoudien. Et le Washington Post va plus loin en estimant que le Congrès devrait « suspendre toute coopération militaire » avec Riyad, en l'absence de « réponses fortes et claires ».

Pour l'instant, rares sont les dirigeants américains à s’être publiquement inquiétés du sort du journaliste saoudien qui s'était exilé aux États-Unis. Le département d'État a simplement affirmé « suivre la situation de près ». Quasi-silence donc à Washington. Les deux pays sont de proches alliés, unis sur à peu près tous les sujets à commencer par la lutte contre l'Iran.

Paris « préoccupé »

En Europe, on ne se bouscule pas non plus pour demander des explications à l'Arabie saoudite. Il a fallu plusieurs jours pour que ce lundi Paris se dise « préoccupé » et demande que la situation de Jamal Khashoggi « soit éclaircie le plus rapidement possible ».

Le royaume est à la fois un partenaire régional et un gros client pour la France (comme pour d'autres pays occidentaux) et la crise entre l'Arabie saoudite et le Canada depuis le mois d'aout dernier montre que Riyad n'apprécie pas les critiques de ses alliés dans le domaine des droits de l'homme.

Chronologie et chiffres clés