rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Irak Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Irak: les Etats-Unis ferment leur consulat à Bassora et accusent l'Iran

media
Des membres des forces d'intervention rapide irakiennes patrouillent dans les rues de Bassora, le 8 septembre. REUTERS/Alaa al-Marjani

Dans le sud de l'Irak, la tension monte entre les États-Unis et l'Iran. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé la fermeture du consulat américain à Bassora. Il accuse l'Iran de menacer la sécurité de cette représentation américaine. Et prévient que les États-Unis répondront à toute attaque contre des bâtiments américains, qu'elle soit due à l'Iran ou à des intermédiaires.


Dans son communiqué, le secrétaire d'État américain met principalement en cause les activités de milices chiites agissant en Irak mais directement dirigées par les Gardiens de la révolution iraniens.

Cette décision de déplacer pour le moment les diplomates américains vers l'ambassade de Bagdad fait suite à des tirs de mortiers et de roquettes tombés non loin du consulat américain de Bassora.

Mais c'est aussi une manière de dénoncer une nouvelle fois la mainmise iranienne sur l'Irak. Une partie de la population de Bassora a elle-même exprimé sa volonté de rupture avec cet imposant voisin. Au début du mois, des manifestants réclamant une meilleure qualité de vie ont mis feu au consulat iranien dans la même ville.

La situation à Bassora est aujourd'hui le symptôme de l'instabilité de l'Irak, qui sort de quatre ans de guerre contre l'organisation Etat islamique. Suites aux élections législatives contestées de mai dernier, un gouvernement est en cours de formation. Le peuple demande que sa misère soit entendue par ceux qui dirigeront le pays.

Pendant ce temps les deux grandes puissances iranienne et américaine s'affrontent indirectement pour garder le plus possible d'influence sur ce pays détruit mais toujours riche en pétrole.

Chronologie et chiffres clés