rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Etats-Unis Hassan Rohani Donald Trump Diplomatie

Publié le • Modifié le

Assemblée générale de l'ONU: Rohani répond à Trump et nie tout isolement

media
Le président iranien Hassan Rohani s'est exprimé en conférence de presse, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 septembre 2018. REUTERS/Brendan Mcdermid

Après une nouvelle charge de Donald Trump contre l'Iran, Hassan Rohani s'est exprimé mercredi 26 septembre à l'Assemblée générale de l'ONU. Le président iranien a rappelé que contrairement à ce qu'assure son homologue américain, la République islamique n'est pas isolée sur la scène internationale.


Avec notre envoyé spécial à New York,  Nicolas Falez

En marge de l'Assemblée générale des Nations unies, Washington avait convoqué une réunion spéciale du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à la lutte contre la prolifération nucléaire. Présidée par Donald Trump lui-même, cette séance a permis au président américain de poursuivre sa charge contre l'Iran.

Egalement présent cette semaine à New York, Hassan Rohani a répondu à Donald Trump lors d'une conférence de presse. Le président iranien a entendu Donald Trump l'accuser de soutenir le terrorisme et de déstabiliser le Moyen-Orient, mais il veut surtout retenir les nombreuses prises de position de dirigeants favorables au maintien de l'accord nucléaire de 2015, malgré le retrait des Etats-Unis.

« Nous ne sommes pas isolés, a rétorqué Hassan Rohani. C'est l'Amérique qui est isolée. A l'Assemblée générale de l'ONU, au Conseil de sécurité, tout le monde a exprimé son soutien à l'accord nucléaire. Et d'une façon ou d'une autre, tout le monde a dit que les Etats-Unis faisaient fausse route. »

Rohani confiant face aux sanctions américaines

Le président assure que son pays résistera aux sanctions rétablies par Washington et explique que Téhéran continuera de respecter l'accord tant qu'il y aura un bénéfice à en tirer. « Tôt ou tard, les Etats-Unis reviendront dans l'accord, a martelé M. Rohani. Cela ne peut pas continuer. Ce qu'ils ont fait, cela ne profite ni au peuple iranien, ni au peuple américain, ni à l'Europe, ni aux autres pays. »

Sur la question des missiles iraniens également évoquée cette semaine à l'ONU, Hassan Rohani a rappelé que l'accord de 2015 ne concernait que le nucléaire et aucunement le programme balistique de Téhéran.

► À relire : Au Conseil de sécurité, Trump attaque l’Iran, Macron s’en prend à Moscou

Chronologie et chiffres clés