rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Yémen: violents combats à Hodeida en dépit des appels au calme (sources militaires pro-gouvernement)
  • Société Générale: amende aux Etats-Unis de 1,34 milliard de dollars pour violations de sanctions

Syrie Humanitaire ONU

Publié le • Modifié le

L'ONU prête à aider 900 000 déplacés en Syrie

media
Un camp de déplacés s'étend le long d'un mur à la frontière turque, près du village d'Atimah, dans la région d'Idleb, le 10 octobre 2017. REUTERS/Osman Orsal//File Photo

Plus de 38 500 déplacés en Syrie depuis le début du mois de septembre. C'est ce qu'annonce l'ONU. Les civils ont commencé à fuir la région d'Idleb, dernier grand bastion insurgé, en prévision d'une offensive massive du régime et de ses alliés. Trois millions de civils vivent dans cette région. L'ONU se prépare à venir en aide à une partie de la population mais ne pourra pas subvenir à tous les besoins.


Alors que le sort qui attend prochainement Idleb, dernière poche de résistance au régime de Bachar el-Assad, fait encore l'objet d'âpres discussions entre les puissances concernées, les civils se déplacent en masse. Les violences dans le nord-ouest de la Syrie ont déplacé plus de 38 00 personnes en septembre sur fond d'escalade des « hostilités » dans la province d'Idleb, visée par les bombardements du régime et de son allié russe, a annoncé jeudi l'ONU.

→ RELIRE : Syrie: la province d'Idleb pilonnée sans relâche, l'exode continue

Les Nations unies, qui craignent « la pire catastrophe humanitaire » du siècle, se préparent à venir en aide à 900 000 personnes, a déclaré Panos Moumtzis, coordonnateur humanitaire régional de l'ONU pour la crise syrienne au cours d'une conférence de presse à Genève.

« En tant qu'humanitaire, nous espérons le meilleur mais nous nous préparons au pire, a expliqué Panos Moumtzis, coordonnateur humanitaire régional de l'ONU pour la crise syrienne. Nous avons mis au point un plan pour 900 000 personnes qui pourraient fuir. On espère que cela n'arrivera pas, que nous n'en aurons pas besoin mais nos équipes travaillent 24h sur 24, 7 jours sur 7 pour faire des stocks et tout préparer. Nous avons demandé à nos donateurs 311 millions de dollars qui couvriraient les besoins de 900 000 personnes. Nous ne pouvons pas lire dans une boule de cristal et savoir ce qu'il va se passer mais d'après notre scénario, 700 000 personnes pourraient se déplacer plus au nord, vers des zones non contrôlées par le régime, dans la région d'Idlib et vers les zones turques. 100 000 pourraient aller dans les zones sous contrôle gouvernemental et 100 000 autres qui se trouvent dans la région de Tal Rifaat où il y a des déplacés, ceux-là pourraient fuir vers des zones contrôlées ou non par le gouvernement. »

Située dans le nord-ouest syrien, à la frontière de la Turquie, la province d'Idleb et les territoires insurgés adjacents ont été ces derniers jours la cible des bombardements à l'artillerie du régime et des frappes aériennes de Moscou. « Entre le 1 et 12 septembre, les informations disponibles indiquent que la forte augmentation des hostilités et les craintes d'une nouvelle escalade ont conduit au déplacement de plus de 38.500 personnes », a indiqué le bureau des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

(AFP)

Chronologie et chiffres clés