rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Commerce: Washington lance de fausses accusations pour «intimider» les autres (Chine)
  • Maldives: le gouvernement indique reconnaître la victoire de l'opposition à la présidentielle (officiel)
  • Russie: l'opposant Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté dès sa sortie de prison (porte-parole)
  • Internet: le moteur de recherche Google, né en septembre 1998, célèbre ses vingt d'ans d'activité
  • Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront pour éviter la pénurie sur le marché s'ils le jugent opportun, dit l'Arabie saoudite
  • Australie: les travaux ont commencé sur le chantier du deuxième aéroport de Sydney, qui doit être livré en 2026
  • Hong Kong interdit un parti indépendantiste, le Parti national (HKNP), une première depuis 1997
  • Birmanie-Rohingyas: pour le chef de l'armée birmane, l'ONU «n'a pas le droit d'interférer»
  • Guerre commerciale Washington-Pékin: entrée en vigueur des taxes américaines sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises

Syrie Russie Iran

Publié le • Modifié le

Syrie: la province d'Idleb pilonnée sans relâche, l'exode continue

media
Des civils arrivent près d'un camp de déplacés à proximité de la frontière turque après avoir fui les bombardements dans la région d'Idleb, le 9 septembre 2018. Aaref WATAD / AFP

En Syrie, 30 000 civils ont été déplacés depuis début septembre dans la province d'Idleb, au nord-ouest du pays, à cause des bombardements russes et syriens, selon le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), David Swanson. La bataille d'Idleb pourrait devenir la « pire catastrophe humanitaire » du 21e siècle, avait pour sa part averti le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock.


Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les bombardements russes et syriens contre Idleb ont repris samedi, au lendemain du sommet tripartite de Téhéran après une interruption d'un mois. Cette rencontre, qui a réuni les présidents russe, iranien et turc, était consacrée à la situation dans cette province et n'a pas abouti à un accord. Moscou et Téhéran sont déterminés à lancer l'assaut contre ce dernier bastion rebelle et jihadiste, alors qu'Ankara plaide pour une solution négociée.

L'échec du sommet s'est traduit par une vaste escalade sur le terrain. Les avions russes ont lancé des dizaines de raids, alors que les hélicoptères syriens ont repris le largage de barils d'explosif. L'artillerie non plus ne chôme pas, comme en témoigne Ismaël Abdullah, membre des Casques blancs, cette organisation de secours proche de l'opposition syrienne :

Les forces de Bachar el-Assad lancent des raids aériens, elles visent des hôpitaux, elles visent des centres des Casques blancs. Cela montre que le régime a l'intention de reprendre le contrôle total de la province d'Idleb. Sur la seule journée d'hier, nous avons compté 90 frappes aériennes. Le bilan est lourd, il ne cesse d'augmenter depuis vendredi dernier. A présent les gens ont peur d'un nouveau déplacement forcé. Mais c'est différent maintenant, il n'y a pas un autre endroit où aller. Il n'y a aucun endroit où peuvent aller ces 3 millions de personnes. Alors les gens ont peur, ils ont peur de tout.
Ismaël Abdullah 11/09/2018 - par Murielle Paradon Écouter

Les bombardements se concentrent sur les régions du sud et du sud-ouest d'Idleb près de la province voisine de Hama. Dans ce secteur, l'armée syrienne a massé au moins deux divisions blindées, soit 20 000 hommes.

Les experts militaires pensent que l'offensive terrestre pourrait débuter dans cette région, avec comme objectif la prise de la plaine d'al-Ghab, située entre les provinces de Hama, Idleb et Lattaquié. Le but de la première phase de l'offensive serait la ville de Jisr al-Chghour, à la frontière avec la Turquie.

La bataille risque d'être d'autant plus meurtrière que 3 millions de civils, dont un million de réfugiés d'autres régions de Syrie, se trouvent à Idleb.

Le Conseil de sécurité doit se réunir ce mardi pour discuter une nouvelle fois de la situation, cette fois à la demande de la Russie qui veut rendre compte du sommet de Téhéran, selon des diplomates.

Chronologie et chiffres clés