rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Un an après sa disparition, le sous-marin argentin «San Juan» a été localisé dans l'Atlantique (officiel)

Kurdes Irak

Publié le • Modifié le

La région du Kurdistan irakien se prépare à élire un nouveau Parlement

media
Le Parlement kurde, à Erbil, le 29 octobre 2017. SAFIN HAMED / AFP

Les élections sont prévues pour le 30 septembre et la campagne a commencé ce mardi 11 septembre. Un évènement politique important après l'échec du référendum sur l'indépendance de la région il y a un an et la perte de poids politique de la région face au gouvernement national irakien.


Avec notre correspondante à Erbil,  Oriane Verdier

Au Parlement irakien en cours de composition, les deux principaux partis kurdes, le PDK et l'UPK, n'ont pas été invités à faire partie de la future majorité. Ils peinent maintenant à s'unir pour présenter une alliance kurde.

Parallèlement, la situation politique interne est proche du chaos. Voilà en vérité plusieurs années que le Parlement de la région du Kurdistan irakien ne fonctionne plus normalement, symptôme direct des fortes divisions au sein de la scène politique kurde. La démission du président kurde Massoud Barzani le 29 octobre dernier a semé le trouble au sein de son propre parti le PDK qui dirigeait jusqu'à présent la région d'une main de fer.

Cette campagne commence dans une ambiance tendue alors que la région est en crise économique depuis plusieurs années. Le peuple souffre du manque d'eau, d'électricité et d'emploi.

Les deux principaux partis d'opposition ont déjà annoncé qu'ils boycotteraient les élections. Ils affirment ne pas faire confiance aux deux partis historiques pour que ces législatives se déroulent sans fraude.

Chronologie et chiffres clés