rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Arabie saoudite Canada Diplomatie

Publié le • Modifié le

Riyad demande le transfert de patients saoudiens hors du Canada

media
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salman, à Paris, le 9 avril 2018. REUTERS/Charles Platiau

Nouvel épisode de la crise diplomatique entre l'Arabie saoudite et le Canada : ce mercredi 8 août, Riyad demande le transfert de tous les patients saoudiens actuellement soignés au Canada vers des hôpitaux situés dans d'autres pays. Cela fait plusieurs jours que le royaume saoudien exprime son mécontentement vis-à-vis d'Ottawa. Les autorités de Riyad n'ont pas supporté que le Canada demande la « libération immédiate » de militants des droits de l'homme emprisonnés en Arabie saoudite.


Après l'expulsion de l'ambassadeur canadien en Arabie saoudite, le rappel de l'ambassadeur saoudien au Canada, le gel des relations commerciales, la suspension des vols de la compagnie nationale saoudienne à destination de Toronto et l'annonce de la relocalisation des étudiants saoudiens hors du Canada, la colère du royaume touche désormais les hôpitaux.

Riyad annonce que ses citoyens actuellement soignés au Canada vont être transférés vers des pays tiers pour y poursuivre leur traitement. Au-delà des questions que soulève une telle décision qui risque d'avoir des conséquences sur la santé des patients, on constate que l'Arabie Saoudite n'a pas l'intention de laisser passer ce qu'elle qualifie « d'ingérence » dans ses affaires intérieures.

Avec cette crise diplomatique, le royaume adresse en effet un message à tous ceux qui pourraient être tentés de le critiquer, qu'il s'agisse de la situation des droits de l'homme en Arabie saoudite ou de l'intervention militaire de ce pays au Yémen voisin. En France, par exemple, les dirigeants sont régulièrement interpellés par des ONG selon lesquelles Paris devrait se montrer plus ferme avec Riyad, dès lors que les droits humains sont bafoués.

Justin Trudeau ne cède pas

Le Premier ministre canadien refuse de présenter ses excuses à l'Arabie saoudite. Deux jours après l'expulsion de l'ambassadeur canadien à Riyad, et alors que les Saoudiens menace les Canadiens de nouvelles sanctions, Justin Trudeau affirme qu'il va continuer à défendre les Droits de l'Homme dans le monde. « Les Canadiens attendent de notre gouvernement qu'il parle fermement, clairement et poliment de la nécessité de respecter les Droits de l'Homme, dans notre pays et dans le monde, a déclaré le chef du gouvernement canadien lors d'une conférence de presse à Montréal ce mercredi. Nous l'avons toujours fait et nous continuerons de le faire. Nous continuerons à défendre les valeurs du Canada, les valeurs universelles et les Droits de l'Homme, en toute occasion. Les Canadiens le souhaitent et nous le ferons toujours.

Bien sûr nous continuons à être engagés diplomatiquement et politiquement avec le Royaume d'Arabie saoudite. C'est un pays qui a de l'importance dans le monde, nous respectons cela. Et nous reconnaissons ses progrès sur un certain nombre de points. Mais en même temps, nous continuerons à parler clairement et fermement des Droits de l'Homme (au Canada et à l'étranger) à chaque fois que cela sera nécessaire».

Chronologie et chiffres clés