rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran

Publié le • Modifié le

Iran: arrestation du chef du département des changes à la Banque centrale

media
En Iran, la monnaie nationale, le rial, a récemment atteint son plus bas niveau face au dollar. Les analystes estiment que des mesures prises par Téhéran ont notamment contribué au plongeon de la devise. ATTA KENARE / AFP

La justice iranienne a annoncé ce dimanche 5 août une série d'arrestations, notamment le vice-gouverneur de la Banque centrale, après la chute vertigineuse de la valeur de la monnaie iranienne face aux devises étrangères, notamment le dollar, au cours du dernier mois.

 


Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le vice-gouverneur de la Banque centrale Ahmad Araghchi été arrêté ainsi que quatre personnes accusées de spéculer sur le marché des changes, a indiqué le porte-parole de la justice Gholam-Hossein Mohseni Ejeie.

Ahamd Arraghchi n'est autre que le neveu du vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi qui a été l'un des principaux négociateurs iraniens lors des négociations nucléaires avec les grandes puissances.

Ahmad Araghchi a été limogé il y a quelques jours après le remplacement du directeur de la Banque centrale.

Les critiques se sont multipliées ces dernières semaines sur la politique financière du gouvernement. En effet, le rial iranien a perdu une grande partie de sa valeur face au dollar. En mars dernier, un dollar américain valait 50 000 rials, aujourd'hui, il vaut au moins le double.

Cette chute a été provoquée par le retour annoncé des sanctions américaines à partir de ce mardi contre l'Iran et les craintes qu'elles font peser sur l'économie du pays.

Les mesures prises par le gouvernement et la Banque centrale ont été critiquées par les experts qui estiment qu'elles ont entraîné une vague de spéculation sur le marché noir tandis que certains responsables du gouvernement sont soupçonnés de corruption pour avoir profité des dollars distribués à des taux préférentiels.

 

Chronologie et chiffres clés