rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël LGBT+

Publié le • Modifié le

Israël: Gay Pride sous tension dans les rues de Jérusalem

media
Près 22000 manifestants se sont rassemblés pour la 17e Gay Pride de Jérusalem le 2 août 2018. REUTERS/Ammar Awad

Mesures de sécurité exceptionnelles pour la Gay Pride de Jérusalem qui s'est déroulée sans incident dans un climat de clivage politique et sous les menaces émises par des extrémistes religieux. Les participants au défilé ont déposé des gerbes de fleurs sur le site où il y a trois ans avait été poignardée à mort une adolescente de 17 ans.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Le peuple demande la justice sociale pour la communauté LGBT, scandent les participants à la Gay Pride de Jérusalem qui a rassemblé quelque 22 000 personnes, soit moins que ne l'espéraient les organisateurs.

Cette « marche des fiertés » était placée sous haute surveillance. Des hélicoptères et des drones survolaient la zone et des rues ont été bloquées. En tout, 3 000 policiers ont empêché tout contact avec les contre-manifestants en majorité ultra-orthodoxes.

Le thème principal de la manifestation a été la nouvelle loi sur la GPA qui exclut les homosexuels. Pour Nathan, c'est une réalité souvent difficile à vivre. « C’est compliqué parce que d’un côté, il y a les religieux et de l’autre, il y a nous et des fois ça clashe et des fois ça passe », explique le jeune homme.

La 17e Gay Pride a pris cette année une tournure plus politique avec des slogans contre l'occupation et contre la loi sur l'Etat-nation. Avec la présence de plusieurs députés de gauche, notamment la nouvelle cheffe de l'opposition Tsipi Livni qui résume le sens de la manifestation en trois mots : « Liberté, égalité, fraternité ».

Chronologie et chiffres clés