rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • L'Otan indique vouloir «réexaminer» son engagement au Kosovo à cause de sa nouvelle armée (Stoltenberg)
  • Armée au Kosovo: la Serbie restera «sur le chemin de la paix» (Premier ministre)
  • Strasbourg: le marché de Noël rouvre en présence de Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur
  • La Chine indique vouloir suspendre les surtaxes douanières sur les voitures importées des Etats-Unis (officiel)
  • Japon: dix facultés de médecine ont falsifié les résultats au concours d'entrée, indique le ministère de l'Education
  • Kosovo: le Parlement vote la création d'une force armée (AFP)
  • Attaque de Strasbourg: sept personnes en garde à vue, dont deux nouvelles la nuit dernière (procureur de Paris)
  • Côte d'Ivoire: l'opposant Henri Konan Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo
  • Manifestation des «gilets jaunes»: pour l'«acte V» à Paris, un dispositif «semblable» à celui de samedi dernier (préfet de police)
  • Chine: le premier réacteur nucléaire EPR dans le monde entre en service commercial

Gaza Israël Territoires Palestiniens

Publié le • Modifié le

Territoires palestiniens: calme relatif à la frontière de la bande de Gaza

media
Une explosion photographiée suite à un bombardement sur la bande de Gaza, le 20 juillet 2018. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

Le pire a peut-être été évité, vendredi 20 juillet au soir à Gaza. Les Nations unies redoutaient une nouvelle guerre entre le Hamas et Israël, après les violents bombardements des dernières heures sur l'enclave palestinienne. Avec ces mots très forts de l'ONU : il fallait « s'éloigner du précipice ». Mais un accord de paix a finalement été trouvé entre les deux parties et un calme relatif est revenu à la frontière entre la bande de Gaza et Israël.


Après une escalade militaire sans précédent depuis la guerre de 2014, le calme est revenu le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Un cessez-le-feu est entré en vigueur et il semble tenir à l'exception d'un incident mineur ce samedi matin. L'armée israélienne a d'ailleurs autorisé la population locale à reprendre ses activités normales.

Le deuxième cessez-le-feu en une semaine

C'est la seconde trêve en une semaine et on n’en connaît pas vraiment les détails à ce stade. On sait, selon le porte-parole du Hamas, qu’il a été négocié par l'intermédiaire de l’ONU et de l’Egypte. Mais il a été précédé dans la soirée de vendredi et dans une partie de la nuit de violents échanges, rappelle notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul.

Tout d’abord : un incident à la frontière, au cours duquel un soldat israélien a été tué par un tir de sniper palestinien. C’est le premier militaire israélien à trouver la mort dans ce secteur depuis l’opération « Bordure protectrice » lors de l’été 2014. Aussitôt, Benyamin Netanyahu a réuni une cellule de crise et l’armée israélienne a réagi en force. A l’aide de son aviation et de ses blindés. Quelque 60 objectifs ont été visés, selon le porte-parole de l’armée israélienne, qui affirme que les postes de commandement de trois bataillons du Hamas ont été détruits.

Le porte-parole n’a pas exclu une offensive terrestre majeure, mais a déclaré que l’armée israélienne ne cherchait pas à entrer dans un conflit à grande échelle. De l’autre côté, trois roquettes ont été tirées lors d’une seule et unique salve dans la soirée. Deux d’entre elles ont été interceptées en plein vol par le système de sécurité Dôme de fer.

Pour le Hamas, une nouvelle guerre serait dévastatrice

Dans l'enclave palestinienne, cette nouvelle journée de violences était attendue: après la mort d’un combattant des brigades al-Qassam cette semaine, la branche armée du Hamas avait prévenu qu’elle se vengerait. Et c’est finalement ce qui s’est passé vendredi avec la mort du soldat israélien le long de la barrière de séparation. C'était la première fois, depuis le début de la « Marche du retour » lancée en mars dernier, que les Palestiniens faisaient ainsi feu sur l’armée israélienne, rappelle notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic.

Au fond, le Hamas sait qu’une nouvelle guerre avec l’Etat hébreu sera dévastatrice, à la fois pour la bande de Gaza et pour le mouvement islamiste. Le retour au calme n'en demeure pas moins très précaire, mais le conflit n’est peut-être pas inévitable.

L’Etat hébreu compte bien mettre fin aux cerfs-volants incendiaires lancés depuis Gaza amsi il n'est pas sûr que le Hamas soit en mesure d’enrayer ce phénomène. Car l’enclave palestinienne est exsangue : Israël a suspendu les livraisons de fioul et de gaz jusqu’à samedi au moins. Date à laquelle les effets de la pénurie pourraient commencer à se faire sentir.

Vers 17h30, l'aviation israélienne a commencé à bombarder plusieurs régions partout dans la bande de Gaza, au nord, au sud et au centre de la bande de Gaza. Dans la ville de Gaza, il y a eu près de 20 missiles qui sont tombés
Ziad Medoukh, chef du département de français de l'université Al-Aqsa, vit dans la ville de Gaza 21/07/2018 - par Achim Lippold Écouter

→ À relire : Israël bombarde massivement Gaza

Chronologie et chiffres clés