rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Nucléaire Autriche

Publié le • Modifié le

Nucléaire iranien: réunion à Vienne pour tenter de sauver l'accord de 2015

media
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz et le président iranien Hassan Rohani le 4 juillet 2018 à Vienne. ALEX HALADA / AFP

Pour la première fois depuis le retrait américain de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, début mai 2018, les ministres des Affaires étrangères des autres pays ayant négocié le compromis se retrouvent à Vienne, en Autriche, pour tenter de le sauver.


Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et ses homologues français, britannique, allemand, russe et chinois se retrouvent à Vienne, en Autriche, ce vendredi 6 juillet, pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

Les Etats-Unis pratiquent la politique de la chaise vide depuis que Donald Trump a annoncé que son pays sortait de l'accord. Washington s'apprête à sanctionner de nouveau la République islamique. Cette annonce a déjà conduit certaines entreprises internationales à geler leurs projets en Iran.

« Réduire à zéro » le pétrole iranien

En péril, l'accord de 2015 avait permis à Téhéran de bénéficier de la levée des sanctions en échange de la limitation de ses activités nucléaires sous contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), basée à Vienne.

Pour l'instant, l'Iran affiche sa volonté de respecter l'accord tout en évoquant le scénario de la relance de son programme nucléaire. Pour rester dans l'accord après le retrait américain, l'Iran demande des garanties à Pékin, Moscou, Londres, Berlin et Paris. Le président iranien Hassan Rohani l'a réaffirmé cette semaine, lors de ses visites en Suisse et en Autriche.

Ce sujet est au coeur de la réunion ministérielle de ce vendredi 6 juillet à Vienne. Reste à savoir si cette mobilisation internationale sera suffisante face au rouleau compresseur des sanctions américaines. Washington assure vouloir « réduire à zéro » les exportations iraniennes de pétrole.

Chronologie et chiffres clés