rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Territoires Palestiniens Israël

Publié le • Modifié le

Israël: colère des Palestiniens après le gel des aides aux familles de détenus

media
Le Parlement israélien, la Knesset. (Photo : Wikimédia)

Lundi 2 juillet, le Parlement israélien a adopté une loi permettant à l’Etat hébreu de geler le montant des indemnités versées par l'Autorité palestinienne aux familles de prisonniers. Une mesure qui vise à inciter au terrorisme, jugent les Israéliens. Selon des sources proches des services sécuritaires de l’Etat hébreu, près de 300 millions de dollars seraient reversés chaque année aux proches de détenus. Une ligne rouge selon les dirigeants palestiniens qui menacent de dissoudre l’Autorité palestinienne.


Avec notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

Il y aurait actuellement 6 500 prisonniers politiques palestiniens dans les geôles israéliennes. L'autorité palestinienne verse chaque mois à leurs familles une allocation de quelques centaines ou milliers de dollars. Désormais, Israël gèlera le montant de cette indemnité en la déduisant des taxes que l’Etat hébreu prélève pour le compte de l’Autorité palestinienne.

Une décision grave pour Saeb Erekat, secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine : « Cette décision israélienne équivaut à la destruction de l’Autorité palestinienne. Les dirigeants palestiniens sont donc en train de revoir les relations sécuritaires, économiques et politiques qui les lient à Israël. C’est-à-dire qu’ils devront décider de maintenir ou de détruire l’Autorité palestinienne. Il est temps pour M. Netanyahu de prendre ses responsabilités, toutes ses responsabilités, en tant que puissance occupante de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est ».

Une menace à peine voilée de dissoudre l’Autorité palestinienne. Un chiffon rouge maintes fois brandi auparavant, mais qui n’a jamais été mis à exécution par ses dirigeants.

Chronologie et chiffres clés