rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le parquet de Tokyo confirme la garde à vue de Ghosn pour des soupçons de dissimulation de revenus
  • L'action Nissan chute de plus de 6% à Tokyo, après l'arrestation de Ghosn

Territoires Palestiniens Israël

Publié le • Modifié le

Vers la destruction du village palestinien de Khan el-Ahmar par Israël

media
Dans le vilage de Khan el-Ahmar, le 23 février 2017. MENAHEM KAHANA / AFP

Dans les Territoires palestiniens, un village bédouin se prépare à sa destruction imminente. Khan el-Ahmar est un village palestinien considéré comme illégal par Israël, faute de permis de construire. Installée à l’Est de Jérusalem, dans le désert de Judée depuis près de 70 ans, cette communauté peut être démantelée à tout moment. La Cour suprême a ordonné il y a un mois la démolition de la totalité du hameau, une première depuis 1967. Les  habitants qui ont épuisé tous les recours judiciaires se préparent désormais à leur expulsion imminente.


Avec notre envoyée spéciale à Khan el-Ahmar, Marine Vlahovic

Le vent soulève la bâche qui recouvre la cour de l’école de Khan el-Ahmar où une cinquantaine de personnes veillent malgré la nuit noire. Il y a quelques heures à peine, l’armée israélienne a fait irruption dans le petit village.

« Ils sont venus cinq fois, pour inspecter les lieux, maison par maison. » Un signe pour Ahmad Abu Daouk que la destruction totale de son hameau est imminente. Selon la récente décision de la Cour suprême israélienne, les 35 structures de Khan el-Ahmar, des baraques en tôle, sont illégales. Les 170 habitants doivent donc déménager quelques kilomètres plus loin. Mais pas question pour Ahmad : « Nous allons rester ici, même s’ils déclarent que c’est une zone militaire interdite et qu’ils détruisent tout, nous reconstruirons ici. Nous ne partirons pas. »

Car selon les Palestiniens cette démolition permettra aux colonies israéliennes voisines de s’étendre. Sami Hurani est venu montrer son soutien et attend les bulldozers de pied ferme. « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés pendant que l’armée démolit ce village, chacun ici essaiera de les en empêcher. Ces gens ont le droit de vivre ici », explique-t-il.

Les organisations de défense des droits de l’homme dénoncent un possible crime de guerre. Le déplacement forcé de populations vivant dans un territoire occupé est en effet contraire au droit international.

Chronologie et chiffres clés