rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Irak EI Terrorisme

Publié le • Modifié le

Irak: exécution de treize «terroristes» condamnés à mort

media
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi veut répondre au sang par le sang. Reuters

En Irak, treize personnes jugées coupables de terrorisme ont été exécutées, jeudi 28 juin, après que le Premier ministre a ordonné l'exécution immédiate des 300 hommes et femmes condamnés à mort pour appartenance à l'Organisation Etat islamique. Une réaction à l'assassinat de huit Irakiens par l'EI. Un an après avoir annoncé triomphalement sa victoire contre le groupe terroriste, le Premier ministre sortant peine à conserver la même popularité dans sa gestion de l'après-guerre.


« Je vous promets que nous tuerons ceux qui ont commis ces crimes » a assuré jeudi  le premier ministre irakien à un peuple fatigué de vivre dans l'insécurité. La veille, on avait retrouvé les cadavres de huit hommes enlevés par l'organisation Etat islamique. Du coup, Haider al-Abadi veut répondre au sang par le sang. En 2017 déjà, 111 personnes avaient été pendues en Irak, sans compter le nombre inconnu d'hommes exécutés sommairement d'une balle dans la tête en marge de la bataille de Mossoul.

Voilà des mois que les organisations de défense des droits de l'homme critiquent la justice expéditive irakienne. Human Rights Watch dénonce « des violations de procédures généralisées  susceptible d'aboutir à des dénis de justice ». Certaines condamnations se font sur la base de dénonciations difficilement vérifiables, l'accusé n'a parfois pas d'avocat pour le défendre.

Ces dernières années en Irak, les exécutions de masse ont été utilisées par différents politiciens à des fins purement politiques. Il n'y a aucune raison de penser que les douze personnes exécutées aient quoi que ce soit à voir avec les incidents de la veille: l'assassinat par l'organisation Etat islamique de 8 membres des forces de sécurité. Annoncer ces exécutions précipitées est en fait un discours politique pour Abadi et son gouvernement, au moment où il cherche une bouée de sauvetage pour rester au poste de Premier ministre. Si le pays a réellement la volonté de tenir les membres de l'organisation Etat islamique pour responsable des actes horribles qu'ils ont commis, alors il faudrait changer la manière de mener les procès afin d'être certain que ceux qui ont commis des abus soient punis et non pas le fermier ou le médecin qui s'est retrouvé prisonnier du régime de l'Etat islamique.
Belkis Wille, chercheuse spécialiste de l'Irak pour Human Rights Watch 30/06/2018 - par Oriane Verdier Écouter

Haider al-Abadi a fait sienne ladite victoire contre l'organisation Etat islamique. Après avoir mené la guerre, les autorité irakiennes doivent relever un nouveau défi tout aussi difficile : celui d'installer la paix. En 2014 déjà, le groupe terroriste avait réussi à s'imposer en jouant des divisions de l'Irak et du sentiment d'oppression de la communauté arabe sunnite.

Chronologie et chiffres clés