rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations

ONU Territoires Palestiniens Humanitaire

Publié le • Modifié le

Palestine: en manque de fonds, l’UNRWA pourrait devoir fermer 700 écoles

media
Manifestation à Gaza de milliers d'employés de l'UNRWA, l'agence de l'ONU qui vient en aide aux réfugiés palestiniens, le 30 janvier 2018. REUTERS/Mohammed Salem

L'agence d'aide aux réfugiés palestiniens de l’ONU (UNRWA, en anglais) fait toujours face à une situation financière dramatique et menace d'arrêter certains de ses services dès le mois d'août. L'agence onusienne cherche toujours 250 millions de dollars de toute urgence pour combler la réduction drastique de la contribution américaine. Une conférence des donateurs, qui s'est tenue lundi 25 juin au siège de l’organisation à New York, n'a pas permis de combler ce déficit et a exposé un peu plus la fatigue des pays donateurs.


Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Pas de bilan chiffré à l'issue de cette troisième conférence pour recueillir des fonds pour l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). Le résultat est médiocre et très loin des 250 millions de dollars (214,49 millions d’euros) que l'agence onusienne estime nécessaires pour poursuivre ses services essentiels.

Seule la Belgique a promis un nouvel apport de 4 millions d'euros et le Mexique une participation de 500 000 dollars (environ 428 980 euros). À titre de comparaison, 200 millions de dollars (environ 171,59 millions d’euros) avaient été promis en mars et en mai 2018, lors des conférences de Rome et d'Amman, grâce notamment à l'Arabie Saoudite, au Qatar et aux Émirats arabes unis.

Ce budget reste insuffisant, estime le commissaire général de l'agence. Le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Miroslav Lajcák, a annoncé lors d'une conférence de presse à New York que près de 700 écoles accueillant 500 000 enfants entre Gaza, la Jordanie et la Syrie « pourraient ne pas rouvrir en août ». De plus un million de personnes qui disposent d'une assistance alimentaire d'urgence dans la bande de Gaza risquent aussi de voir cette aide suspendue.

Cette situation est le résultat de la baisse de la contribution américaine au fonctionnement de l'UNRWA qui ne s'élève plus qu'à 60 millions de dollars (environ 52 millions d’euros). Elle était de 360 millions (308,86 millions d’euros). Ce désengagement aura des conséquences sur la sécurité régionale, a averti le commissaire de l'agence, avec plus d'un demi-million de jeunes qui risquent d’être laissés au désœuvrement.

Chronologie et chiffres clés