rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Chili: accord pour éviter une grève à la mine de cuivre d'Escondida (officiel)

Liban Migrations Internationales ONU

Publié le • Modifié le

Le Liban s'oppose au HCR sur le sort des réfugiés syriens

media
Des réfugiés syriens quittent le village libanais de Shebaa pour retourner chez eux, près de Damas, le 18 avril 2018. HASSAN JARRAH / AFP

Le Liban, qui accueille un million de déplacés syriens, a annoncé ce vendredi 8 juin avoir bloqué les demandes de permis de séjour des employés du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) à cause de divergences sur la question du retour des réfugiés syriens.


Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Le divorce est consommé entre le Liban et les Nations unies. Jeudi 7 juin, le chef de la diplomatie libanaise Gebran Bassil avait accusé le HCR d'« intimider » les réfugiés dans le but de les empêcher de rentrer chez eux.

Mardi, le ministère des Affaires étrangères avait reçu la directrice de l'agence onusienne, Mireille Girard, pour lui demander de préparer un plan d'action pour le retour des réfugiés syriens. Beyrouth estime que la stabilité revenue dans de nombreuses régions de Syrie « permet le retour en toute sécurité et dignité des réfugiés ».

La communauté internationale n'est pas de cet avis et juge ce retour prématuré, en l'absence d'une solution politique au conflit syrien. Mais le Liban n'est plus disposé à attendre cette solution. Il affirme que la présence de cette population déplacée constitue un « énorme poids économique et social, devenu insupportable et qui met en péril l'existence du Liban ».

Un diplomate libanais affirme que l'attitude du HCR et de la communauté internationale « confirme les craintes de Beyrouth concernant une volonté sérieuse de naturalisation des réfugiés, en instillant la peur dans leur cœur et en obstruant les efforts visant à leur retour ». Le HCR s'est défendu de ces accusations, rappelant que sa mission se limitait à préparer les conditions humanitaires au retour des réfugiés.

Chronologie et chiffres clés