rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Arabie saoudite Sexualité Femmes Droits des femmes Mohammed ben Salman

Publié le • Modifié le

L'Arabie saoudite s'apprête à interdire le harcèlement sexuel

media
Le projet de loi introduirait des peines allant jusqu'à cinq ans de prison et une amende de 300—000 riyals (70—000—euros) pour les auteurs de harcèlement sexuel. Danita Delimont /Getty

L'Arabie saoudite se prépare à interdire le harcèlement sexuel, ont déclaré des responsables de ce royaume musulman, moins d'un mois avant l'entrée en vigueur d'un décret autorisant les femmes à conduire.


En Arabie saoudite, le conseil de la Choura, organe consultatif qui conseille le gouvernement, a approuvé lundi 28 mai un projet de loi qui introduirait des peines allant jusqu'à cinq ans de prison et une amende de 300 000 riyals (70 000 euros) pour les auteurs de harcèlement sexuel.

« En 2014, la commission des affaires sociales avait déjà étudié un projet de loi contre le harcèlement qui considère tout sorte harcèlement sexuel comme crime violent, rappelle Hoda Al Helaissi, membre de la Choura. C'est important en Arabie saoudite comme dans le monde entier. Ce n'est qu'en 1997 que la Grande-Bretagne a fait passer une loi similaire, en 2016 en Allemagne et je crois en 2012 en France. Avec de plus en plus de femmes dans le marché du travail, on a de plus en plus besoin d'une loi pareille ».

Prince réformateur

« En Arabie saoudite, si auparavant les femmes n'avaient pas vraiment de rôle à jouer dans la prise de décision, ce n'est plus le cas aujourd'hui, poursuit-elle. Les femmes sont à l'Assemblée consultative, la Choura, directrices de société ou dans le marché boursier. Elles ont une voix et on écoute ce qu'elles ont à dire. Cette loi leur donnera beaucoup plus de confiance et les encouragera à poursuivre leurs buts pour participer plus globalement dans la construction de la société saoudienne ».

La levée historique de l'interdiction de conduire pour les femmes est prévue pour le 24 juin dans le cadre d'une campagne de libéralisation très médiatisée, impulsée par le jeune prince héritier Mohammed ben Salman qui se définit lui-même comme un réformateur.

Le prince a également levé l'interdiction des salles de cinéma, autorisé les concerts mixtes et réduit les pouvoirs de la police religieuse, longtemps redoutée en Arabie saoudite. Mais ces réformes ont été assombries par une vague d'arrestations de militants des droits de l'homme, dont des féministes, depuis la semaine dernière.

Chronologie et chiffres clés