rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Qatar Arabie saoudite Emirats Arabes Unis

Publié le • Modifié le

Le Qatar interdit les produits d'Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis

media
Une femme dans un supermarché de Doha, le 7 juin 2017. Le Qatar a ordonné le 26 mai 2018 à tous les magasins du pays de retirer des rayons les marchandises en provenance d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, du Bahreïn et de l'Egypte. REUTERS/Stringer

Les autorités de Doha ont ordonné à tous les magasins du pays de retirer de leurs rayons tous les produits en provenance du groupe de pays qui boycottent le Qatar. Cette mesure qui vise les produits d'Arabie saoudite, des Emirats Arabes Unis, du Bahreïn et de l'Egypte, intervient près d'un an après le déclenchement de la grave crise diplomatique qui oppose l'Arabie saoudite et ses alliés au Qatar.


Faire retirer des rayons des magasins tous les produits en provenance de Riyad et d'Abou Dhabi est une mesure surtout symbolique, car il ne restait plus beaucoup de ces produits au Qatar, un an après l'embargo instauré par l'Arabie saoudite et ses alliés.

Cela pourrait signifier aussi que les autorités de Doha prennent acte de l'échec de leurs récentes tentatives d'envoyer des signaux de détente en direction de Riyad. L'Arabie saoudite et ses alliés n'ont pourtant pas réussi à mettre le Qatar à genoux, malgré l'embargo et le blocus qui lui a coûté beaucoup d'argent, l'obligeant à trouver de nouvelles solutions pour son approvisionnement et ses liaisons maritimes et aériennes.

Malgré les accusations saoudiennes de soutien au terrorisme et surtout de collusion avec l'Iran, le Qatar a réussi à garder de bonnes relations avec les Etats-Unis, qui y disposent de leur base militaire la plus importante du Moyen-Orient, qui ont signé un accord de lutte contre le terrorisme avec Doha et lui ont vendu des armes pour l'équivalent de plus de 10 milliards d'euros.

Mais le Qatar pourrait se retrouver à nouveau dos au mur, après le retrait américain de l'accord nucléaire avec l'Iran, partenaire incontournable pour Doha, qui partage avec Téhéran l'accès à d'immenses ressources de gaz naturel.    

Chronologie et chiffres clés