rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël Gaza Territoires Palestiniens Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Ambassade américaine à Jérusalem: rassemblements à haut risque à Gaza

media
Un manifestant palestinien lors d'un rassemblement contre le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018 dans la bande de Gaza. REUTERS/Mohammed Salem

Une journée de mobilisation a été décrétée ce lundi en signe de protestation contre le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem. Magasins, écoles et administrations devraient rester fermées en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est. Des manifestations sont aussi prévues, les plus importantes devant se tenir à Gaza. Les premiers heurts ont éclaté faisant une douzaine de blessés dans la matinée.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Depuis un mois et demi, des manifestations hebdomadaires sont organisées le long de la barrière de séparation entre ce territoire et Israël. Ces rassemblements ont fait 42 morts selon l’ONU. Et cette journée de lundi risque d’être elle aussi marquée par des violences.

Côté israélien comme palestinien, on se prépare à une mobilisation particulièrement forte dans la bande de Gaza. Les rassemblements devraient être les plus importants depuis le début de la « Grande marche du retour ». Les services de sécurité israéliens s’attendent à voir 100 000 personnes déferler le long de la barrière de séparation.

 → A (RE)LIRE : Ambassade américaine à Jérusalem: le dangereux pari de Donald Trump

Et pour les organisateurs de la marche, l’objectif est de franchir le dispositif de séparation entre l’enclave palestinienne et le territoire israélien. Ils affirment qu’ils feront la prière de l’après-midi de l’autre côté de cette barrière. Sur les réseaux sociaux, des plans ont été publiés : ils indiquent les localités israéliennes les plus proches, la distance les séparant de la barrière et le temps qu’il faut pour y parvenir.

Côté israélien, l’armée a dépêché des bataillons de combat, des unités spéciales, des tireurs d’élite et des agents de renseignement le long de la ligne de séparation. Elle promet de défendre l’intégrité du territoire israélien et la sécurité de ses citoyens. Et ses avions ont largué, hier après-midi, des tracts enjoignant les Gazaouis à ne pas s’approcher de la barrière.

Afin d’éviter un bain de sang redouté, l’Egypte a tenté une médiation auprès du Hamas. Le chef du mouvement islamique a passé la journée au Caire ce dimanche. Mais Ismaël Hanyeh est revenu à Gaza et officiellement, les consignes n’ont pas changé.

Chronologie et chiffres clés